BTC -0.42%
$64,931.27
ETH 2.27%
$3,554.28
SOL -1.49%
$135.24
PEPE 7.50%
$0.000011
SHIB 0.10%
$0.000018
DOGE 0.60%
$0.12
XRP 1.11%
$0.49

Entretien avec le fondateur de Broker Defense, la société qui lutte contre les arnaques crypto

Yann-Olivier Bricombert
| 2 min de lecture


La société accompagne les victimes d’arnaques financières qui utilisent la cryptomonnaie. Un travail minutieux d’enquête qui peut prendre des mois.

Le crime crypto en baisse, mais des stratégies plus élaborées


D’après le dernier rapport annuel de la société Chainalysis “Crypto Crime 2024”, dont des extraits ont été publiés en janvier, le volume de transactions frauduleuses est en net repli de 38% sur l’année 2023, avec un total de 24,2 milliards de dollars échangés par des adresses identifiées comme illicites, contre 39,6 milliards en 2022.

Si les actions criminelles ont globalement baissé, il n’en demeure pas moins que les stratégies employées par les malfaiteurs demeurent toujours plus astucieuses. Et que les dossiers continuent de s’accumuler sur le bureau des enquêteurs.

La société tourangelle Broker Defense consacre désormais 60% de son activité à monter des dossiers d’arnaques incluant tout ou partie de cryptomonnaies. Créée en 2014, elle accompagne les victimes dans la constitution de leur dossier d’avocat, dans le cadre d’escroqueries, arnaques et autres abus de confiance liés à la crypto. Elle produit des rapports, des documents d’enquêtes, dans le but de récupérer les fonds perdus. Un travail de fourmi qui peut prendre plusieurs années.

Les arnaques surfent sur ce qui est “à la mode”


“On constate une croissance des dossiers crypto depuis deux à trois ans, avec une explosion depuis un an”, détaillent Marc Bouzy, président fondateur de Broker Defense, et Yann Skorochod, son associé.

“Dans la plupart des cas, ils utilisent Bitcoin (BTC) ou Ethereum (ETH), les cryptos les plus connues, dans le but de blanchir de l’argent le plus rapidement possible. En quelques jours, les malfaiteurs doivent trouver un point de sortie auprès d’un exchange pour transformer ces cryptos en valises de billets. Notre travail, c’est d’identifier ces points de sortie.”

Qui a déjà navigué dans l’écosystème crypto sait que les actes malveillants peuvent être de plusieurs natures : hacks, siphonnage de portefeuille crypto, liens vérolés contenant des malwares, mais aussi, arnaques sentimentales et des scénarios toujours plus élaborés… Le but est le même, mais le mode d’emploi change.

“Vous avez l’arnaque simple qui va consister à vous voler vos clés privées, dans le but de récupérer vos cryptos. Vous avez aussi de véritables nébuleuses de structures qui se spécialisent dans certains types de victimes. Ils surfent sur tout ce qui est à la mode, comme l’intelligence artificielle ou la crypto.”

Des conseils pour se protéger des arnaques cryptos


Broker Défense s’est spécialisée, au fil des années, dans le “cambriolage de cerveau” un type de mécanisme plus évolué qui se répand de plus en plus. La réglementation permet de limiter les risques, et certaines plateformes ont été contraintes de relever leurs standards en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme (LCB-FT). Binance, le leader mondial, a par exemple noué un accord avec les autorités américaines, moyennant une amende record de 4,3 milliards de dollars.

Pour éviter d’être confronté à ce genre de situations, les experts recommandent de “prendre du recul” sur des offres crypto qui paraitraient un peu trop alléchantes, en évitant le FOMO (”Fear Of Missing Out”, la peur de manquer une opportunité). L’Autorité des marchés financiers met à jour régulièrement une liste noire des sociétés cryptos et la liste des prestataires sur actifs numériques agréés (Psan).


Sur le même sujet :