Accueil Actualités

L'exchange japonais Zaif piraté à cause d'un seul ordinateur?

Par Tim Alper
L'exchange japonais Zaif piraté à cause d'un seul ordinateur? 101
Source: iStock/ooyoo

Le régulateur financier du Japon, la Financial Services Agency (FSA), a rompu le silence après le piratage de 62,5 millions de dollars sur l'exchange de cryptomonnaie basé à Osaka Zaif plus tôt ce mois-ci.

Suite à l’annonce du piratage, la FSA a dépêché une équipe pour enquêter dans les locaux de Tech Bureau, qui opère Zaif. Cette enquête préliminaire est maintenant terminée, mais il semble que la FSA n’ait pas été satisfaite de ce qu’elle a appris, elle a donc demandé à la société une troisième ordres d’amélioration de ses activités.

Selon le Japan Times, un haut responsable de la FSA a déclaré aux journalistes: “Nous n'avons pas reçu suffisamment d'explications sur ce qui s'est exactement passé. Ce que [Tech Bureau] nous a dit, c’est que le PC d’un employé a été piraté. Il est extrêmement regrettable qu’un tel incident se soit produit après que la société eut déjà reçu deux ordres d’amélioration de son entreprise”.

Les deux précédents ordres d’amélioration concernaient le système de gestion des risques, les politiques clients et la conformité juridique. La FSA souhaite également s’assurer que l’entreprise prenne les mesures nécessaires pour lutter contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme et a déjà demandé à la plateforme d’améliorer la façon dont elle gère les portefeuilles en ligne et hors ligne afin de séparer ses fonds de ceux de ses clients.

De son côté, Tech Bureau reste discret sur le sujet. Plusieurs agences de presse déclarent que la société a refusé de faire des commentaires sur la situation. Dans un communiqué publié hier, Tech Bureau a réitéré son intention d’obtenir un financement de plus de 44 millions de dollars de la part de Fisco, un groupe d’investisseurs, et de l’opérateur d’une plateforme d’échange rivale. Tech Bureau ajoute qu'il prévoit d'améliorer ses opérations afin de “regagner la confiance de ses clients”.

Les plateformes rivales ont également eu leur mot à dire sur le piratage. Yoshitaka Kitao, ainsi le PDG de SBI Group Holdings, l’opérateur de l’exchange SBI Virtual Currencies, a déclaré lors d’une conférence fintech à Tokyo: “L’industrie des cryptomonnaies est toujours instable, il y a des problèmes notamment en matière de sécurité”. Kitao a déclaré que l'autorégulation pouvait constituer la solution, affirmant que ”[les exchanges japonais] doivent adopter et adhérer à un ensemble strict de règles volontaires”.

Suivez-nous sur Twitter ou rejoignez-nous sur Telegram

Plus d’articles