Accueil Actualités

Le Japon pourrait interdire les fonds de placement en cryptomonnaies

Par Tim Alper
Le Japon pourrait interdire les fonds de placement en cryptomonnaies 101
Source: iStock/ilbusca

Le Japon pourrait vouloir interdire les fonds de placement de cryptomonnaies, alors que certaines des plus grandes sociétés financières du pays ont créé la «Japan Security Token Offering Association».

L’Agence de réglementation des services financiers - l’organisme qui gère les opérations de change et les activités de cryptomonnaies du pays - a provisoirement mis à jour ses directives sur les instruments financiers. L'agence a déclaré, dans un communiqué officiel,

«Il semble que des produits financiers impliquant des investissements dans [des cryptomonnaies] soient créés à l'avenir, mais il y a également des indications qu'un investissement dans [des cryptomonnaies] encouragerait la spéculation. La FSA estime qu’elle devrait gérer avec prudence la vente de fonds de placements investissant dans de tels actifs».

Dans un document d'accompagnement, toutefois, la FSA est allée plus loin en déclarant que les fonds qui investissent dans des cryptomonnaies pourraient être considérés comme "inappropriés", car les fiducies de placement "doivent principalement être destinées à être investies dans des actifs spécifiques", alors que les cryptomonnaies sont classés par la FSA comme des «actifs non spécifiques».

Bien que la FSA ait entamé une période de consultation d’un mois pour sa proposition, elle s’est révélée très difficile à maîtriser par le passé sur des questions liées à la cryptomonnaie.

Selon le média iForex Japan, l’initiative rendra les offres de ces fonds en cryptomonnaies «très difficiles» dans le pays.

Même s’il les entreprises pourrait choisir d’ignorer les directives et offrir des produits de fiducie déréglementés, peu d’entreprises de cryptomonnaies ou de sociétés financières ont osé tenir tête à la FSA dans le passé, et la plupart risquent donc de se conformer à la décision de l’agence.

Dans le même temps, six des plus grandes sociétés financières du pays se sont associées pour créer une association autonome japonaise offrant des security tokens (STO). Le groupe comprend trois opérateurs d’échange de cryptos: le groupe Monex (propriétaire de l’échange Coincheck), ainsi que Rakuten et SBI (toutes deux exploitant leur propre plateforme d’échange). Les trois sociétés restantes sont des sociétés de financement conventionnelles à fort impact, à savoir: Daiwa Securities, Kabu et Nomura Securities.

Selon une déclaration de Monex, le groupe a nommé comme président Yoshitaka Kitao, PDG de SBI et membre du conseil d’administration de Ripple, très influent et énigmatique, et cherche à obtenir la reconnaissance officielle d’organes autonomes tels que la FSA.

Le nouvel organisme, nommé Japan Security Token Offering Association, indique que «les conditions sont suffisamment réunies pour que les STO soient largement utilisées au Japon. L'association a déclaré qu'elle avait été créée «pour que les opportunités commerciales des STO puissent être explorées et développées au Japon».

Lire aussi: Le géant financier Monex Group donne du bitcoin à tous ses actionnaires et Les pays dans lesquels le Bitcoin est interdit ou légal

Suivez-nous sur Twitter ou rejoignez-nous sur Telegram

Plus d’articles