Ce législateur qualifie Worldcoin d’une “bande de criminels qui viennent récolter des données”

Antoine Palloteau
| 4 min read

Le Kenya semble se méfier de plus en plus du de Worldcoin. Alors qu’un comité d’enquête autour de Worldcoin s’organise dans le pays, un officiel kényan, en fin de semaine, pointait ostensiblement du doigt le projet.

Worldcoin, un point sur le projet 

Lancé dans 34 pays, Worldcoin tend à devenir un écosystème mondial. Le projet compte déjà près de 2,3 millions d’utilisateurs inscrits à travers le monde au moment de l’écriture de ces lignes. 

Le projet mené par la société “Tools for Humanity”, dont Sam Altman est le CEO, s’articule autour de trois éléments centraux

  • World ID : un système d’identité numérique basé sur la reconnaissance biométrique 
  • Le token Worldcoin (WLD) : token natif du projet 
  • World App : l’application mobile du projet permettant de réaliser des transferts d’argent

La partie critique du projet, qui fait grincer pas mal de dents chez les détracteurs et au sein de certains gouvernements, c’est le scan d’iris ainsi que la constitution et le stockage des identités numériques qui en découle. 

Pour réaliser ce scan d’iris, Worldcoin utilise un appareil appelé “orb”. Celui-ci possède des caméras servant à scanner les iris et le visage des futurs utilisateurs. L’appareil embarque également une technologie de machine learning analysant les caractéristiques faciales, le but étant de s’assurer qu’un individu est bien humain.

Worldcoin au Kenya, ça ne passe pas

Comme pour un certain nombre de gouvernements, le Kenya émet des réserves quant à Worldcoin, projet dont l’éthique est à première vue questionnable. 

Début août, les autorités kényanes annonçaient la suspension des activités de Worldcoin “jusqu’à ce que les organismes publics compétents certifient l’absence de tout risque pour le grand public“.

Trois semaines après cette première interdiction, le gouvernement kényan passe à l’action en mettant en place une commission parlementaire de 15 membres chargée d’enquêter sur le projet.

Selon les médias locaux, la commission, présidée par Gabriel Tongoyo, député de Narok West, dispose d’un délai de 42 jours pour procéder à un examen approfondi des activités de Worldcoin et présenter ses conclusions à la Chambre.

Mais dernier rebondissement dans l’affaire : un législateur aurait récemment déclaré, au cours d’une réunion parlementaire, que l’arrivée du projet au Kenya : 

” ressemble à une bande de criminels qui viennent récolter les données des jeunes

Face à toutes ces accusations, les dirigeants de Worldcoin se devaient donc de répondre et de défendre leur projet.

La réponse de Worldcoin 

Les dirigeants de Worldcoin affirment avoir mis en place une politique de confidentialité robuste. Ce jeudi 7 septembre, certains membres haut placés du projet paraissaient devant la commission kényane. 

Thomas Scott, directeur juridique de Tools for Humanity, déclarait à la commission que Worldcoin n’exploitait pas les données des Kényans à des fins malveillantes

” Tout comme Facebook, tout comme Uber, nous sommes disponibles au Kenya mais nous ne faisons pas d’affaires ici “

Lors de cette même réunion, Alex Blania, PDG du projet, a déclaré aux législateurs que “Worldcoin [était] conçu pour préserver la vie privée […] une conception inhérente au protocole”.

SI Worldcoin fait beaucoup parler de lui au Kenya, ce n’est pas un cas isolé. En Europe, le projet est également visé par une enquête qui s’organise autour du Bureau de la Protection des Données de Bavière, depuis novembre 2022. 

Pourtant, d’autres pays entrent déjà dans l’ère de l’adoption. Moins de deux mois après sa sortie officielle, le projet connaît un vrai succès en Argentine, où, au pic de la demande, un humain se faisait vérifier toutes les 9 secondes. 

Les autorités dubitatives auront-elles raison de Worldcoin ou bien l’adoption rapide mettra à plat tout espoir de restriction ? Cela dépendra très certainement des juridictions et nous vous tiendrons au courant dans les semaines et les mois qui suivent. 

Source : Worldcoin , Decrypt