L’empreinte carbone annuelle de Solana équivaut à 8 vols de Londres à New York

Rose Bidzogo
| 3 min read

L’industrie des crypto-monnaies tend de plus en plus à montrer ses actions en faveur de la protection de l’environnement. La Fondation Solana a mis en place un tableau de bord pour calculer l’empreinte carbone de sa blockchain. D’après les chiffres générés, la plateforme émet très peu de carbone.

La fondation Solana publie un tableau de suivi de ses émissions de carbone

Le 21 avril, la Fondation Solana, l’équipe derrière la plateforme de contrats intelligents Solana, a publié un tableau de bord des émissions. Selon cette publication, ce tableau de bord serait capable d’analyser les émissions de carbone générées par les milliers de serveurs informations alimentant la blockchain Solana.

Si on s’en tient à ce tableau des émissions construit par le calculateur d’empreinte carbone Carbonara, les serveurs de la blockchain Solana ont produit 10 651 tonnes métriques de dioxyde de carbone sur une période de 12 mois avant le 1er avril 2023.

Cette consommation est l’équivalent de près de huit vols partant de Londres vers New York, considérant que chaque voyage produit environ 1 300 tonnes métriques.

La blockchain sous surveillance pour ses émissions de carbone

La question climatique de plus en plus considérée dans l’industrie crypto. Le Bitcoin et d’autres chaînes de blocs sont sous surveillance en ce qui concerne leur consommation d’énergie.

Les sociétés de crypto sont davantage interpellées pour leurs émissions de carbone. D’autres comme Bitcoin reçoivent de nombreuses critiques sur la quantité d’énergie utilisée pour miner la crypto-monnaie. Le réseau Ethereum a migré vers un système de preuve de participation pour obtenir un réseau moins énergivore.

La technologie blockchain est construite sur de nombreux réseaux de serveurs disséminés dans le monde entier. Ces serveurs fonctionnent sur la base d’un protocole de preuve de travail (Proof of work) pour extraire des crypto-monnaies. Pour alimenter ces serveurs, cela requiert beaucoup d’électricité, produisant beaucoup de carbone.

Bitcoin fonctionne toujours sur un système énergivore qui cristallise les critiques des défenseurs de l’environnement. À ce jour, c’est le mécanisme qui reçoit le plus de critiques parmi toutes les blockchains énergivores.

Pour sa part, Solana travaille à la réduction de ses émissions de carbone et publie constamment des rapports sur sa consommation pour prouver sa transparence.

En réponse à CoinDesk, le responsable de la stratégie de la Fondation Solana, Austin Federa a expliqué comment les estimations étaient faites. Selon lui, Solana effectue une estimation de la consommation d’énergie en se basant sur l’emplacement des validateurs du réseau chargé du traitement des transactions. Les nœuds RPC qui alimentent la blockchain en données sont également pris en compte dans l’estimation.

Il a ajouté que le tableau de bord prenait en compte les réseaux électriques locaux dans son calcul. Celui-ci ne considère pas les programmes de compensation mis en place par les centres de données, ce qui laisse penser que le tableau de bord surestime la consommation d’énergie de la blockchain.

Dans un article de blog, Solana annonce que le tableau de bord pourrait bientôt permettre de déterminer les données des émissions de carbone produites jusqu’aux portefeuilles. De cette façon, chaque utilisateur pourra suivre sa consommation individuelle.