La start-up d’IA Helsing lève plus de 220 millions de dollars

Thomas Julia
| 3 min de lecture

Depuis le lancement de Chatgpt en novembre 2022, l’Intelligence Artificielle (IA) semble être devenue le nouvel eldorado technologique. Une course à l’innovation a commencé, comparée par certains comme la course aux armements entre les USA et l’Union Sovietique pendant la guerre froide. A ce propos, de nombreuses sociétés comme Kratos Defence et Shield AI, s’efforcent d’apporter l’IA aux forces armées. En Europe, c’est la startup allemande Helsing qui occupe le haut de l’affiche après sa levée de fonds de 223 millions de dollars annoncée le 14 septembre. Décryptage. 

Une licorne européenne de la défense 

Lancée en 2021, Helsing se concentre sur le développement d’applications et de composants militaires basés sur l’IA. Elle a notamment été sélectionnée pour travailler sur la mise à jour de l’avion de combat Eurofighter de l’OTAN et sur le programme Future Combat Air System (FCAS), un projet visant à créer des systèmes d’armes aériens interconnectés. 

Cette levée de fonds, menée par la société de capital-risque General Catalyst, pourrait faire de Helsing la plus grande entreprise d’IA sur le vieux continent et la plus grande licorne européenne des technologies de défense. La société, valorisée aujourd’hui à 1,7 milliard d’euros, est soutenue depuis son lancement par le fondateur de Spotify, Daniel Ek. Le tour de table a également permis au constructeur automobile Saab de rejoindre le groupe en tant qu’investisseur stratégique, approfondissant ainsi ce qui était auparavant un partenariat existant.

Protéger nos démocraties 

Il semble que le monde de la défense européenne accueille ces innovations d’un œil bienveillant. Il faut dire qu’Helsing a une haute idée de sa mission. “Nous avons fondé Helsing parce que nous pensons que l’IA sera essentielle pour que les démocraties puissent continuer à défendre leurs valeurs“, a déclaré le cofondateur Gundbert Scherf, dans un communiqué . “Notre récente levée montre que cette conviction est partagée par les gouvernements et l’industrie”. L’idée est de donner une longueur d’avance en matière de technologie sur le champ de bataille aux démocraties de l’Union Européenne par rapport à des régimes dictatoriaux. 

Helsing fournit par exemple une technologie de première ligne en Ukraine de manière “continue” depuis le début de l’invasion russe en 2022. Un avantage certain pour l’armée ukrainienne, sachant que la plupart du matériel russe n’a pas été renouvelé depuis le conflit en Afghanistan dans les années 80. L’Ukraine qui, au passage, a déjà levé 225 millions de dollars en crypto pour lutter contre l’invasion russe, alors que des rumeurs attribuent à l’ancien patron de la milice Wagner combattant auprès des russes, Yevgeny Prigozhin, le 5ᵉ plus gros portefeuille de Bitcoin au monde. 

Comme nous l’évoquions précédemment, Helsing est loin d’être le seul organisme qui travaille sur des applications militaires de l’IA. En juillet, des responsables militaires américains ont déclaré que le Pentagone testait l’IA générative pour améliorer son processus décisionnel. L’IA générative est un type d’intelligence artificielle qui peut créer de nouveaux contenus, tels que du texte, des images ou de la musique. Ces outils sont formés sur d’énormes quantités de données existantes pour générer de tels résultats. Une chose est sûre, l’IA est déjà en train de révolutionner le champ de bataille. 

Sources: Decrypt, Techcrunch, Robots