La banque d’Angleterre recrute une équipe pour la création d’une monnaie numérique

Pauline Eyebe
| 3 min read
Source : AdobeStock / lazyllama

La Banque d’Angleterre est sur le point de mettre sur pied une équipe de 30 professionnels en vue du développement d’une monnaie numérique de banque centrale (CBDC). Ces informations ont été rapportées par le Sunday Times. 

Bientôt la création du “Britcoin” ou d’une livre numérique au Royaume-Uni ?

Ce projet de recrutement est le fruit de la collaboration entre la banque centrale du Royaume-Uni et le ministère des Finances. En effet, ces deux institutions ont fait part, en début d’année, de leur intention de mener à bien des travaux pour concevoir une version numérisée de la livre sterling. Les citoyens britanniques qui le souhaitent peuvent également donner leur avis sur le projet.

La Banque d’Angleterre est restée prudente et a refusé de qualifier cette monnaie potentielle de “Britcoin”, une expression qui sort de l’imagination des médias. De plus, la banque doit encore décider si elle compte recourir à la technologie du grand livre distribué pour créer une livre numérique.

Néanmoins, sur la page des carrières de la banque, figurent de récentes offres d’emploi qui vont dans ce sens. En effet, l’institution est à la recherche d’un architecte de sécurité pour la livre numérique et d’un architecte de solutions pour la livre numérique. 

Ces deux postes sont rémunérés à hauteur de 80 000 livres sterling, soit 99 000 dollars américains. 

En janvier, le Trésor britannique a par ailleurs passé une annonce de recrutement d’un responsable de la monnaie numérique au sein de la banque centrale.

La position favorable de la Banque d’Angleterre sur les CBDC

Selon le Sunday Times, la mise en place d’une équipe comprenant jusqu’à 30 professionnels est la preuve du sérieux de la Banque d’Angleterre dans sa volonté de poursuivre le développement d’une livre numérique. 

Ian Taylor, membre du conseil d’administration de l’association professionnelle CryptoUK, a déclaré à ce sujet : 

” La mise sur pied d’une équipe de 30 professionnels représente une ressource assez importante pour se concentrer sur la livre numérique. Cela témoigne du poids de ce projet et de la volonté de la Banque de se consacrer sérieusement à cette question”.

Pour rappel, les CBDC sont des versions numériques des monnaies fiduciaires traditionnelles, et elles sont émises et garanties par les banques centrales. Par rapport à l’argent liquide et aux dépôts bancaires traditionnels, elles ont vocation à offrir plusieurs avantages, comme la rapidité des transactions, la réduction des coûts et le renforcement de la sécurité. 

En outre, la mise en œuvre de la politique monétaire peut être simplifiée par les CBDC, car les banques centrales sont en mesure de contrôler directement à la fois l’offre et la distribution de ces devises numériques.

La création de CBDC dans d’autres pays est à l’étude

Dans plusieurs pays, le lancement d’une CBDC est actuellement à l’étude. Dans ce contexte, la Chine fait figure de précurseur avec son yuan numérique, qui est en cours d’expérimentation dans plusieurs villes. La Banque centrale européenne poursuit également ses recherches et ses expériences en matière de CBDC. 

Les États-Unis sont aussi en train de mener des recherches sur la mise au point d’une CBDC. Mais ce projet est menacé par de nombreux élus et l’opinion publique qui voient d’un mauvais œil un tel projet. 

Pour de nombreuses personnes, une CBDC donnerait encore plus de pouvoir au gouvernement qui aurait un contrôle plus accru sur la population. Beaucoup craignent une atteinte aux libertés fondamentales et notamment une intrusion dans la vie privée des citoyens.

Il est donc clair que la Banque d’Angleterre n’est pas la seule à se pencher sur une monnaie numérique et ses nombreux avantages. Ainsi, le fait de recruter une équipe de professionnels spécialisés dans ce domaine prouve l’importance et l’urgence croissantes de ce type d’initiatives.