. 3 min read

Le Japon envisage de créer un environnement plus convivial pour la crypto et le Web3

Source: Aleksei Struiski/Adobe

Un projet Web3 est sur le point de voir le jour au Japon. L’équipe derrière le projet a récemment publié un livre blanc dans lequel elle appelle à un environnement plus accueillant pour les crypto-monnaies. 

Le projet est porté par le Parti libéral-démocrate au pouvoir au Japon. Pour favoriser le développement du Web3 et de l’industrie de la cryptographie en général, les initiateurs ont donné des suggestions dans le livre blanc publié à ce sujet.

Les acteurs japonais veulent développer l’industrie cryptographique locale

Plusieurs suggestions ont été faites au gouvernement japonais par l’équipe du projet Web3 qui se dessine. Le gouvernement du Premier ministre Fumio Kishida a pris en compte ces suggestions et les a intégrées à sa stratégie nationale.

Actuellement, les processus bureaucratiques freinent l’évolution de l’industrie crypto au Japon. L’équipe du projet Web3 veut dépasser ces barrières en proposant des ajustements réglementaires concernant tout le secteur de la crypto, y compris les jetons non fongibles (NFT) et les organisations autonomes décentralisées (DAO).

Le Japon veut imposer son leadership international

Plusieurs gouvernements à travers le monde mettent en place des réglementations plus strictes pour contraindre les entreprises de cryptographie. Le Japon veut aller à contre-courant de cette tendance en établissant une atmosphère favorable pour la crypto-monnaie. Il veut accueillir les nombreuses entreprises forcées de déménager à cause de la forte pression fiscale dans leurs pays d’origine.

En outre, le Japon devrait exposer son leadership international lors du sommet du G7 qui se tiendra cette année selon les recommandations du livre blanc. Ce sommet portera principalement sur les problèmes liés aux crypto-monnaies. 

D’après le livre blanc, la position du Japon devrait se concentrer sur les avantages potentiels du Web3 ainsi que sur la valorisation de l’innovation technologique et éthique. 

Sur le plan fiscal, l’équipe du projet Web3 a reconnu les efforts du gouvernement qui a offert une exception pour les sociétés émettrices de jetons. Dans son livre blanc, l’équipe du projet a recommandé des modifications supplémentaires. 

Elle souhaite que le pays accorde des exonérations fiscales pour les entreprises possédant des jetons émis par d’autres entreprises et qui seront échangés à long terme. De plus, le projet recommande de donner la possibilité aux investisseurs de reporter leurs pertes jusqu’à trois ans et de permettre les auto-évaluations. Par ailleurs, une autre proposition est de taxer la crypto-monnaie uniquement quand elle est convertie en monnaie fiduciaire.

D’autres modifications sont en vue

Après une étude de l’environnement japonais, l’équipe du projet Web3 a observé que les entreprises du secteur ne disposaient pas de normes comptables, ce qui complique leur capacité à trouver des auditeurs. Elle recommande donc aux autorités japonaises de collaborer avec l’Institut japonais des experts-comptables pour mettre sur pied des lignes directrices.

De plus, le livre blanc milite en faveur de l’établissement d’une loi pour les DAO afin de les organiser sur le modèle godo kaisha (SARL au Japon). La loi sur les sociétés ainsi que celle sur les instruments financiers et les échanges devraient également subir des modifications afin de favoriser un environnement accueillant pour les entreprises Web3.

Par ailleurs, le livre blanc exhorte les autorités à simplifier les procédures d’évaluation des nouveaux jetons émis par des entreprises étrangères en leur permettant de fournir des informations essentielles. Grâce à cela, l’évaluation ira aussi rapidement que le processus de filtrage déjà en vigueur au Japon.

En ce qui concerne les stablecoins, le livre blanc suggère de créer un organisme d’autorégulation et de préparer au mieux l’environnement permettant l’enregistrement des stablecoins. Des propositions de stablecoins adossés au yen devraient aussi être envisagées. Il faut noter que le Japon avait déjà adopté un cadre de réglementation des stablecoins en 2022.