BTC -0.09%
$64,938.01
ETH -0.38%
$3,524.79
SOL -2.08%
$134.17
PEPE -0.26%
$0.000011
SHIB 0.00%
$0.000018
DOGE 0.81%
$0.12
XRP 0.73%
$0.49

On fait le point sur les dernières nouvelles du procès de Sam Bankman-Fried

Matthieu Dumas
| 5 min de lecture

témoignage-sbf-jury

Nous rentrons dans la phase finale de ce que certains appellent le « procès crypto du siècle », le fameux procès de Sam Bankman Fried (connu sous le nom de SBF), ancien PDG et fondateur du tristement célèbre FTX. Toutes les preuves ont été présentées, tous les témoins ont été entendus… Faisons le point ensemble.

Une défense audacieuse


La défense de SBF repose sur l’idée qu’il était un entrepreneur de bonne foi, passionné par les cryptomonnaies et soucieux de protéger les intérêts de ses clients. Son avocat dira même que ce sont les autorités qui ont fait de SBF un « grand méchant », car il leur fallait bien un coupable.

Son avocat, Mark Cohen, a tenté de présenter SBF comme un génie des mathématiques, qui avait créé FTX et Alameda pour innover dans le secteur des cryptomonnaies et offrir des services de qualité aux utilisateurs.

Mais cette stratégie a été mise à mal par le contre-interrogatoire mené par la procureur fédérale Danielle Sassoon, qui a confronté SBF à ses contradictions et à ses mensonges. Elle a notamment montré que SBF était parfaitement au courant de la situation financière désastreuse de ses sociétés et qu’il n’avait rien fait pour changer de cap.

À la barre, SBF a essayé de se faire passer pour un génie incompris, qui voulait juste innover et rendre service aux gens. Mais le procureur ne l’a pas lâché : elle a montré que SBF savait très bien ce qu’il faisait. Elle a également souligné le décalage entre ses déclarations publiques rassurantes et la réalité des faits, comme les multiples conversations avec ses associés ou SBF parlaient ouvertement de fraudes.

Alors, que reste-t-il à faire dans ce procès ?


Les deux parties ont présenté leurs arguments finaux mardi et mercredi. Nous y reviendrons dans un instant.

Ensuite, les procureurs (c’est-à-dire le gouvernement américain) présenteront leurs contre-arguments. Après ça, le juge Lewis Kaplan expliquera aux jurés comment la loi s’applique aux sept chefs d’accusation retenus contre le fondateur de FTX.

Enfin, après tout cela, c’est au jury de décider du sort de SBF pour chacun de ces sept chefs d’accusation. Certains estiment que le verdict final pourrait être donné dès ce soir :  

Conclusion des deux parties

SBF :

La présentation des arguments finaux a donc commencé mardi 31 octobre. Un moment crucial lors du procès de Sam Bankman-Fried à New York, au cours duquel son avocat Mark S. Cohen a conclu la défense de son client.

L’ancien PDG semblait émotif, au bord des larmes, alors que son avocat plaidait sa cause en espérant un acquittement ou du moins un jury indécis.

Pendant les derniers instants des plaidoiries de son équipe, Bankman-Fried est resté pratiquement immobile, contrairement à ses habitudes agitées. Il regardait ses parents avec insistance, clignait des yeux fréquemment et buvait de grandes gorgées d’eau.

L’avocat a souligné que Sam Bankman-Fried avait fait de son mieux pour lancer et gérer deux entreprises valant des milliards de dollars sur un marché émergent. Il a admis que certaines décisions avaient été judicieuses, tandis que d’autres s’étaient avérées regrettables.

sbf-cheveux
Un croquis de Sam Bankman-Fried au premier jour de son procès. JANE ROSENBERG/Reuters

À la fin de son plaidoyer, Cohen a plaidé en faveur du jury pour qu’il considère que Bankman-Fried avait agi de « bonne foi » tout au long de sa direction de FTX et d’Alameda Research, et qu’il ne pouvait donc pas être reconnu coupable de fraude.

Cohen a proposé une « histoire alternative » par rapport à celle des procureurs concernant les événements et les décisions qui ont conduit à la faillite de FTX en novembre dernier, ainsi que la révélation qu’Alameda avait dépensé des milliards de dollars des fonds des clients de l’échange :

Selon Cohen, ce sont des « malentendus du monde réel », des « erreurs » et des « retards » qui ont mis en danger FTX et le reste de l’empire de la crypto-monnaie de Bankman-Fried, et non la fraude de son client.

La défense :

Le style de plaidoirie de l’ancien procureur fédéral différait en tous points de celui de son homologue adverse. Entre le procureur adjoint : Nicholas Roos.

Roos, qui était « physiquement le plus grand membre de l’équipe gouvernementale », s’est servi de son imposante carrure pour souligner la gravité des allégations de fraude criminelle.

Il a commencé par souligner qu’il n’y avait « aucune contestation » quant à la disparition de milliards de dollars de fonds de clients de FTX.

« Il s’agit d’une pyramide de tromperies de la part de [SBF], fondée sur des mensonges et de fausses promesses », a-t-il déclaré.

Tony Blair, Bill Clinton et SBF à la conférence Crypto Bahamas
Tony Blair, Bill Clinton et SBF à la conférence Crypto Bahamas

Roos a repris une tournure de phrase à la voix passive que son équipe avait invoquée à plusieurs reprises lors des plaidoiries d’ouverture — l’effondrement de FTX ne signifiait « la disparition de milliards de dollars appartenant à des milliers de personnes » — mais plutôt que : « des milliers de personnes ont perdu des milliards de dollars ». Ce changement de ton a la voix active a apparemment fait beaucoup d’effet.

Le jury a écouté plus attentivement Roos, qui a eu le dessus sur le plan de la performance :

« M. Bankman-Fried a raconté une histoire et il vous a menti », a-t-il déclaré aux jurés à propos du fondateur de FTX.

L’avocat de M. Bankman-Fried a contesté ce point de vue, répondant que le gouvernement avait inventé une histoire hollywoodienne sur FTX qui s’éloignait de la réalité :

« Tout bon film a besoin d’un méchant », a-t-il déclaré. « Un matheux ringard de lycée comme Bankman-Fried ne fait pas un bon méchant », a-t-il ajouté, « c’est pourquoi les procureurs en ont fabriqué un. »

Dénouement


Le procureur a employé des mots forts pour dépeindre Sam Bankman-Fried, le qualifiant d’« escroc » qui aurait érigé une « pyramide de tromperie » sur une « fondation de mensonges et de fausses promesses ». Il a appelé les jurés à le condamner pour les milliards de dollars de pertes subies par des milliers de personnes dans le monde.

Cette description accablante de l’accusé contraste fortement avec la défense « émotionnelle » de Bankman-Fried, qui prétend avoir agi de « bonne foi » tout au long de son parcours entrepreneurial.

Les jurés devront maintenant faire un choix crucial entre ces deux versions diamétralement opposées : celle d’un visionnaire incompris ou celle d’un manipulateur sans scrupules.

Le verdict est attendu dans les prochains jours, et il est indéniable que, quelle que soit l’issue du procès, il marquera un tournant significatif dans l’histoire des crypto-monnaies (et dans la carrière de Sam Bankman-Fried… s’il ne passe pas sa vie en prison).

L’issue de cette affaire captivante sera scrutée de près, car elle aura des implications majeures pour le monde de la crypto.

Source : CoinDesk, Milkroad, X


Sur le même sujet :