Accueil ActualitésActualités Altcoin

Tout est encore possible pour les cryptos en Corée du Sud

Par Tim Alper
Tout est encore possible pour les cryptos en Corée du Sud 101
Source: iStock/ktsimage

Il reste peut-être des espoirs pour la cause des ICO en Corée du Sud, malgré la décision de la plus haute autorité de réglementation financière du pays de maintenir l’interdiction des ICO annoncée la semaine dernière.

La Commission des services financiers (FSC), chargée de la réglementation, a annoncé que l'interdiction resterait en vigueur, mais certains experts ne semblent pas convaincus que cette politique se maintiendra sur le long terme.

Le gouvernement continue de donner la priorité à la croissance de la technologie blockchain et le comité de l’Assemblée nationale Industrie 4.0 a la semaine dernière officiellement accueilli une demi-douzaine d’experts externes en technologie blockchain.

Le comité est divisé en trois sous-comités - axés sur le potentiel de la blockchain, de l'IA (intelligence artificielle) et du Big Data en tant que «nouveaux moteurs de croissance» pour l'économie sud-coréenne. Les sous-comités devaient se dissoudre à la fin de l’année dernière, mais par annonce officielle, leur période de travail a été prolongée jusqu’à la fin du mois de juin de cette année - un signe, suggèrent certains, que le gouvernement en est encore aux premiers stades de la formulation de sa politique. Cela signifie que tout est encore possible en ce qui concerne la formation de stratégies sur les cryptomonnaies et la blockchain.

Selon un reportage publié dans Herald Kyungjae, les ICO en Corée du Sud pourraient encore voir le jour dans des conditions particulières. Un député du parti démocrate au pouvoir, Lee Sang-min, a présenté un projet de loi qui, s'il était adopté, exigerait la création d'une zone spéciale de «promotion et de recherche» où «certaines» ICO pourraient être autorisées.

Lee, fervent défenseur des politiques favorables aux blockchains, a obtenu un soutien considérable pour son projet de loi, qui sera lu plus tard ce mois-ci. Il a souligné l'importance de permettre aux entreprises sud-coréennes de «contester sans relâche par le biais d'une déréglementation audacieuse».

D'autres experts ont averti le gouvernement que sa tentative de séparer sa politique de blockchain de sa position en matière de cryptomonnaie pourrait entraîner des coûts prohibitifs. Herald Kyungjae cite Han Ho-hyun, professeur en génie informatique à l'université Kyung Hee de Séoul, déclarant que le gouvernement pourrait devoir dépenser «plus de 90 milliards USD» au cours des trois prochaines années pour promouvoir et adapter la technologie de la blockchain, en comparant le tout aux dépenses des années 1990, lorsque le gouvernement a construit des réseaux à large bande qui ont donné au pays les vitesses d’internet les plus rapides du monde.

Han a déclaré: «Le gouvernement doit choisir un plan de promotion de l'industrie blockchain qui lui permettra d'échapper à l'énigme de savoir si la technologie blockchain et les politiques de cryptomonnaies peuvent être séparées ou pas».

Suivez-nous sur Twitter ou rejoignez-nous sur Telegram

Plus d’articles