Ethereum (ETH) : le nombre de protocoles de liquid staking pourrait doubler en 2 ans

| 3 min read

Depuis le passage d’Ethereum à un mécanisme de consensus de preuve d’enjeu, un domaine particulier de la crypto a connu un essor considérable, celui des dérivés de staking liquide (Liquid Staking Derivative, LSD). Un document publié par la société de gestion d’actifs numériques Haskey Capital examine de quelle manière ce marché révolutionne la manière dont le réseau Ethereum est sécurisé. Les auteurs du document intitulé « A Look at Liquid Staking Revolution » ont averti que bien que le staking liquide apporte de nombreux avantages, il s’accompagne également de certains inconvénients.

Le staking liquide crée de nouvelles opportunités d’investissement

Contrairement à ce que craignaient certains analystes, le staking sur Ethereum est une activité en pleine effervescence. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Les auteurs du rapport ont noté que 140 millions de dollars sont placés chaque jour en staking sur la blockchain Ethereum et le staking a augmenté de l’ordre de 15% depuis la mise à niveau Shapella

Selon les prévisions des analystes, à long terme, le pourcentage de l’approvisionnement d’ETH en staking pourrait atteindre 45%. Ainsi, le staking représente une opportunité de plusieurs centaines de milliards de dollars. La capitalisation boursière des projets de staking liquide a connu une augmentation impressionnante à 18 milliards de dollars, indiquant un afflux substantiel d’intérêt et d’investissements.

Les raisons qui expliquent l’accélération du staking liquide

Les protocoles LSD apportent des avantages significatifs aux utilisateurs se livrant au staking. Dans la plupart des cas, le capital alloué aux validateurs sur les blockchains de type proof-of-stake n’est pas liquide. Cela signifie que ce capital est indisponible et l’utilisateur ne peut pas faire grand-chose d’autre avec ces actifs bloqués. 

Grâce aux protocoles LSD, un jeton « dérivé » qui représente cet actif est délivré à l’utilisateur qui peut l’employer à de nombreuses fins dans l’écosystème de la DeFi. La démocratisation du staking s’est accélérée grâce à la technologie DVT – Distributed Validator Technology. Elle permet à de nombreux validateurs de se réunir et de travailler comme une seule unité du point de vue du réseau.

Ethereum est la blockchain la plus importante en termes de nombre de protocoles LSD et par conséquent, détient la proportion la plus élevée en termes de TVL. Le LSD sur Ethereum représente 94 % de l’ensemble de la TVL du marché de staking liquide, toutes blockchains confondues. Il existe 13 protocoles de staking liquide sur Ethereum avec une TVL supérieure à 10 millions de dollars.

Distribution de la valeur totale bloquée par blockchain, Source : HashKey Capital

La centralisation, principal risque du staking liquide 

Le risque de centralisation avait déjà été identifié comme un des principaux risques associé au staking liquide. HashKey Capital a noté que plusieurs protocoles LSD reposent sur un nombre limité d’opérateurs de nœuds, centralisant ainsi une partie importante des noeuds de validation. Cette concentration pourrait entraîner une concurrence réduite et un risque accru de censure au niveau des transactions.

Ce n’est pas tout. La centralisation menace également la sécurité du réseau. La domination des principaux acteurs du staking rend l’écosystème Ethereum plus sensible aux attaques à 51%. En outre, le potentiel de collusion entre les acteurs centralisés est important, conduisant à des actions qui vont à l’encontre du fondement de la décentralisation au coeur de l’industrie crypto, telles que le front running (anticipation des transactions) et des tentatives de maximisation de la valeur extractible (MEV).

Source : HashKey Group