BTC 0.90%
$67,680.11
ETH -0.25%
$3,496.27
SOL 3.94%
$180.06
PEPE 1.16%
$0.000012
SHIB -0.11%
$0.000017
DOGE 5.44%
$0.13
XRP 5.77%
$0.61

Le développeur de Tornado Cash finalement condamné 

Matthieu Dumas
| 2 min de lecture

escroquerie crypto-monnaie

Alexey Pertsev, l’un des principaux développeurs de Tornado Cash (TC), a été condamné par un tribunal néerlandais à soixante-quatre mois de prison pour blanchiment d’argent. Cette condamnation pose de sérieuses questions sur la liberté des développeurs dans l’ère numérique.

Tornado Cash : un outil de confidentialité controversé


Tornado Cash est un protocole conçu pour anonymiser les transactions sur la blockchain Ethereum. Il permet aux utilisateurs de déposer des fonds dans un pool commun et de les retirer à une adresse différente, rendant ainsi les transactions intraçables.

Le protocole est entièrement non custodial, ce qui signifie que les utilisateurs ont le contrôle total de leurs fonds à chaque étape du processus.

En d’autres termes, les développeurs, y compris Pertsev, n’ont aucun moyen de surveiller ou de contrôler les interactions des utilisateurs avec les contrats intelligents de TC.

Et c’est bien ce que le tribunal néerlandais leur reproche : En août 2022, le Bureau de contrôle des avoirs étrangers des États-Unis (OFAC) a sanctionné Tornado Cash, invoquant des préoccupations concernant « le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme ».

Peu de temps après, Pertsev a été arrêté aux Pays-Bas. Ses collègues développeurs, Roman Storm et Roman Semenov, ont été arrêtés par les autorités américaines en août 2023, accusés de blanchiment d’argent et de violations des sanctions.

Les tribunaux accusent les développeurs d’avoir créé un outil parfait pour le blanchiment d’argent, ceux à quoi la défense ne cesse de répondre que TC a été dans le but de protéger l’anonymat, et que le protocole étant public, les développeurs ne sont pas responsables de comment est utilisée leur invention.

Un précédent dangereux pour les développeurs ?


Et il est bien là le problème, depuis cette condamnation, beaucoup estiment que les développeurs de Tornado Cash ont certes créé un outil qui permet de blanchir de l’argent si mal utilisé, mais surtout cette utilisation de TC est en dehors du contrôle des devs.

Le tribunal a jugé Pertsev coupable de blanchiment d’argent, non pas parce qu’il a directement participé à des activités illégales, mais parce que son logiciel pourrait être utilisé par d’autres à des fins criminelles.

Si l’on suit ce raisonnement, les développeurs d’autres outils open source comme Tor, QBitTorrent ou Signal pourraient également être tenus responsables des actions des utilisateurs.

Qui devrait-on condamner, le fabricant d’armes ou celui qui l’utilise ?

Le tribunal a souligné qu’il est « bien connu que les outils financiers préservant la confidentialité peuvent être exploités par des criminels ».

Mais, cette logique est-elle vraiment défendable ? Les voitures peuvent aussi être conduites par des conducteurs imprudents, mais cela ne fait pas de BMW une organisation criminelle

Le juge a affirmé que Pertsev aurait dû développer un logiciel « plus conforme aux lois ». Pourtant, Tornado Cash permet aux utilisateurs de prouver que leurs fonds proviennent d’activités légales et empêche le dépôt de fonds provenant d’adresses sanctionnées.

Néanmoins, le tribunal a jugé cela insuffisant, car des utilisateurs « techniquement compétents » peuvent contourner ces mesures. Or c’est la définition même d’un logiciel open source : chacun peut l’utiliser comme il le souhaite.

L’arrestation de Pertsev semble surtout être un avertissement pour tout autre développeur qui aurait la même idée, et cette stratégie répressive des gouvernements, au final, est dangereuse pour l’innovation.


Source : Bitcoin News Crypto


Sur le même sujet :