Mais pourquoi Joe Biden déteste le Bitcoin ?

Alm Maye
| 3 min de lecture

Pourquoi Biden n'aime pas le Bitcoin

La régulation des crypto-monnaies aux USA est un sujet qui défraie les chroniques en 2024. Alors que Donald Trump déclare son soutien à cette industrie, Joe Biden affiche une position moins favorable.

L’actuel locataire de la Maison Blanche a récemment empêché l’abrogation d’une loi controversée sur les cryptos par le Congrès. Un acte qui divise l’opinion publique américaine à l’approche des élections présidentielles de novembre prochain.

SAB 121 : une nouvelle norme controversée élaborée par la Securities and Exchange Commission (SEC)


Le marché des crypto-monnaies connaît un certain développement en 2024. Avec l’émission des ETF Bitcoin et la récente approbation des ETF Ethereum, le secteur est sur une marche évolutive.

Toutefois, la Securities and Exchanges Commission (SEC) et son président Gary Gensler continuent de suivre ce marché de très près.

Dans sa politique réglementaire des crypto-monnaies, le gendarme financier américain prend des résolutions importantes.

Actuellement, c’est sa norme SAB (Staff Accounting Bulletin) 121 qui est au cœur des débats au niveau des acteurs cryptos.

Il s’agit d’une norme exigeant que les entreprises qui détiennent des crypto-monnaies doivent enregistrer les avoirs de leurs clients comme passif dans leur bilan.

Ce qui obligerait ainsi les banques à traiter différemment les actifs numériques des autres types d’actifs.

Selon la SEC, cette disposition devrait protéger les investisseurs en leur offrant une meilleure transparence sur les risques qu’ils courent. Une explication jugée moins convaincante au niveau du Congrès américain, où des votes ont été organisés pour abroger la norme.

Cette mesure d’abrogation fut d’abord votée par 228 voix contre 182 voix par la Chambre. Les membres du Sénat se sont ensuite prononcés sur le sujet, votant l’abrogation par 60 voix contre 38 voix.

Malgré cela, cette disposition ne prendra pas effet, en raison de l’intervention du président américain, Joe Biden.

Joe Biden défend la norme SAB 121 de la SEC et empêche son abrogation grâce à son droit de véto


Alors que les votes affichaient clairement la volonté des représentants à abroger cette norme, Joe Biden a rejoint le débat. À travers son intervention, le président américain a considéré le bulletin SAB 121 de la SEC comme une nécessité.

Selon lui, il importe de mettre sur pied des mesures pour protéger les consommateurs et les investisseurs.

« Mon administration ne soutiendra pas les mesures qui mettent en péril le bien-être des consommateurs et des investisseurs », a-t-il déclaré dans une lettre adressée à la Chambre.

Ainsi, il a annoncé sa décision d’utiliser son droit de véto présidentiel pour empêcher l’abrogation de cette norme.

Une décision qui a alimenté de nouveaux débats au sein des principaux acteurs du secteur des crypto-monnaies.

Malgré les efforts de l’American Bankers Association (ABA) pour empêcher l’émission de ce véto, Biden est resté catégorique sur sa décision. Ce qui relance d’une certaine manière l’avis de certains experts concernant l’hostilité de l’actuel gouvernement américain vis-à-vis des cryptos.

L’élection présidentielle américaine et ses enjeux pour l’avenir des crypto-monnaies


Dans la presse américaine et internationale, les positions des deux potentiels candidats aux prochaines présidentielles américaines suscitent des débats.

Selon plusieurs sources concordantes, le véto de Biden pourrait être lié aux récentes sorties de Donald Trump en faveur des cryptos.

Les promesses de Trump pour l’adoption d’un cadre réglementaire plus favorable aux entreprises crypto sont très attendues par les crypto-enthousiastes.

Pendant ce temps, la partie de la population qui voit toujours ces actifs comme risqués pourrait être séduite par la position de Joe Biden.

On peut déjà s’accorder sur le fait que l’élection du 5 novembre 2024 présente des enjeux évidents pour le secteur des cryptos. Et ceci, en attendant les prochains développements de part et d’autre.


Sur le même sujet :