Accueil Actualités

La Corée du Nord transformerait des enfants en pirates de cryptomonnaies selon l’ONU

Par Tim Alper
La Corée du Nord transformerait des enfants en pirates de cryptomonnaies selon l’ONU 101
Source: Unsplash/Ilyass SEDDOUG

L’ONU pense que la Corée du Nord forme les jeunes les plus talentueux en informatique à devenir de véritables pirates de cryptomonnaies et pense que Pyongyang utilise une fausse blockchain de Hong Kong comme plateforme de blanchiment d’argent.

Selon le média Chosun, le député sud-coréen et membre de la commission parlementaire Cho Won-jin, a analysé les récents rapports du Comité du Conseil de sécurité sur la Corée du Nord.

Selon les données du rapport, les Nations unies ont découvert qu'une unité spéciale du gouvernement nord-coréen sélectionne et entretient d'éventuels "agents cybernétiques", identifiant des talents informatiques incroyables lorsqu'ils sont encore enfants et les entraînant dans le but exprès de pirater des cryptomonnaies.

En août, l’ONU a affirmé que Pyongyang avait perquisitionné environ 2 milliards USD de cryptomonnaies et d’autres fonds dans le cadre d’une campagne en cours pour alimenter ses programmes d’armement.

Selon le média, le rapport du comité de l'ONU contient également des détails sur la manière dont Pyongyang a créé une société blockchain à Hong Kong afin d'éviter les sanctions américaines.

La société, Marine China, aurait un investisseur unique, Julian Kim, qui porte également le pseudonyme de Tony Walker. Cette personne semble avoir eu accès à des fonds d'institutions financières basées à Singapour.

L'ONU pense que Pyongyang tente de couvrir ses traces après avoir effectué des rafles de cryptomonnaie, effectué "au moins 5 000 transactions individuelles" et transféré des fonds entre plusieurs adresses dans plusieurs pays afin de dissuader les enquêteurs.

Les Nations unies déclarent que les pirates informatiques de Pyongyang privilégient le hameçonnage comme moyen d’attaque, affirmant que l’État voyou a connu le succès avec cette stratégie dans le passé, prenant le contrôle des ordinateurs bancaires au Bangladesh en 2016.

L’année dernière, un expert a dit à Cryptonews.com que les échanges cryptographiques sud-coréens, plus petits, constituaient une autre cible privilégiée pour les pirates informatiques du Nord. L’expert a déclaré que les pirates informatiques considéraient ces plateformes comme des “solutions faciles à mettre en œuvre” en raison de leur niveau de sécurité souvent faible.

Lire aussi: Le secteur bancaire sud-coréen va vers la blockchain quand le pays refuse une monnaie numérique.

Suivez-nous sur Twitter ou rejoignez-nous sur Telegram

Plus d’articles