La dette globale atteint un nouveau record de 226 000 milliards de dollars

Vitor Gaspar, directeur du département des affaires fiscales du Fonds monétaire international (FMI), Paulo Medas, chef de division dans ce même département, et Roberto Perrelli, économiste principal à la division de la politique et de la surveillance fiscales du FMI, département des affaires fiscales.

Source: Adobe/DCrane Photography

_____

En 2020, nous avons observé la plus forte hausse de la dette en un an depuis la Seconde Guerre mondiale : la dette mondiale a atteint 226 milliards de dollars, alors que le monde était frappé par une crise sanitaire mondiale et une profonde récession. La dette était déjà élevée au début de la crise, mais les gouvernements doivent maintenant naviguer dans un monde où les niveaux d'endettement public et privé atteignent des sommets, où de nouvelles mutations virales se produisent et où l'inflation augmente.

La dette mondiale a augmenté de 28 points de pourcentage pour atteindre 256 % du PIB en 2020, selon la dernière mise à jour de la base de données sur la dette mondiale du FMI.

Les emprunts des gouvernements ont représenté un peu plus de la moitié de cette augmentation, le ratio de la dette publique mondiale ayant bondi à un niveau record de 99 % du PIB. La dette privée des sociétés non financières et des ménages a également atteint de nouveaux sommets.

L'augmentation de la dette est particulièrement frappante dans les économies avancées, où la dette publique est passée d'environ 70 % du PIB, en 2007, à 124 % du PIB, en 2020. La dette privée, quant à elle, a augmenté à un rythme plus modéré, passant de 164 % à 178 % du PIB au cours de la même période.

La dette publique représente désormais près de 40 % de la dette mondiale totale, soit la part la plus élevée depuis le milieu des années 60. L'accumulation de la dette publique depuis 2007 est en grande partie imputable aux deux crises économiques majeures auxquelles les gouvernements ont été confrontés, d'abord la crise financière mondiale, puis la pandémie de COVID-19.

Un écart de financement

La dynamique de la dette diffère toutefois sensiblement d'un pays à l'autre. Les économies avancées et la Chine sont à l'origine de plus de 90 % de l'envolée de la dette de 28 milliards de dollars en 2020. Ces pays ont pu accroître la dette publique et privée pendant la pandémie, grâce à des taux d'intérêt bas, à l'action des banques centrales (notamment d'importants achats de dette publique) et à des marchés financiers bien développés. Mais la plupart des économies en développement se trouvent de l'autre côté du fossé financier, confrontées à un accès limité au financement et à des taux d'emprunt souvent plus élevés.

Si l'on examine les tendances générales, on constate deux évolutions distinctes.

Dans les économies avancées, les déficits budgétaires ont explosé, car les pays ont vu leurs recettes s'effondrer en raison de la récession et ont mis en place des mesures budgétaires radicales à mesure que le COVID-19 se propageait. La dette publique a augmenté de 19 points de pourcentage du PIB, en 2020, une augmentation semblable à celle observée pendant la crise financière mondiale, sur deux ans : 2008 et 2009. La dette privée, en revanche, a bondi de 14 points de pourcentage du PIB en 2020, soit près de deux fois plus que pendant la crise financière mondiale, ce qui reflète la nature différente des deux crises. Pendant la pandémie, les gouvernements et les banques centrales ont soutenu la poursuite des emprunts du secteur privé afin de protéger les vies et les moyens de subsistance. Alors que pendant la crise financière mondiale, le défi consistait à limiter les dégâts causés par un secteur privé excessivement endetté.

Les marchés émergents et les pays en développement à faible revenu ont été confrontés à des contraintes de financement beaucoup plus strictes, mais avec de grandes disparités entre les pays. À elle seule, la Chine est à l'origine de 26 % de l'envolée de la dette mondiale. Les marchés émergents (à l'exclusion de la Chine) et les pays à faible revenu ont représenté une faible part de l'augmentation de la dette mondiale, environ 1 à 1,2 billion de dollars chacun, principalement en raison de l'augmentation de la dette publique.

Néanmoins, les marchés émergents et les pays à faible revenu sont également confrontés à des ratios d'endettement élevés, en raison de la forte baisse du PIB nominal en 2020. La dette publique des marchés émergents a atteint des niveaux record, tandis que dans les pays à faible revenu, elle a grimpé à des niveaux jamais vus depuis le début des années 2000, lorsque beaucoup bénéficiaient d'initiatives d'allégement de la dette.

Un difficile exercice d'équilibre

La forte augmentation de la dette était justifiée par la nécessité de préserver les emplois et d'éviter une vague de faillites. Si les gouvernements n'avaient pas pris de mesures, les conséquences sociales et économiques auraient été dévastatrices.

Mais l'envolée de la dette amplifie les vulnérabilités, d'autant plus que les conditions de financement se durcissent. Des niveaux d'endettement élevés limitent, dans la plupart des cas, la capacité des gouvernements à soutenir la reprise et la capacité du secteur privé à investir à moyen terme.

Un défi crucial consiste à trouver l’équilibre au niveau des politiques budgétaires et monétaires dans un contexte de dette élevée et d'inflation croissante. Les politiques budgétaires et monétaires se sont heureusement complétées au plus fort de la pandémie. Les actions des banques centrales, notamment dans les économies avancées, ont poussé les taux d'intérêt à leur limite et ont permis aux gouvernements d'emprunter plus facilement.

La politique monétaire se concentre désormais à juste titre sur la hausse de l'inflation et des anticipations d'inflation. Si une augmentation de l'inflation, et du PIB nominal, contribue à réduire les ratios d'endettement dans certains cas, il est peu probable que cela permette de maintenir une baisse significative de la dette. Lorsque les banques centrales relèvent les taux d'intérêt pour éviter une inflation élevée persistante, les coûts d'emprunt augmentent. Dans de nombreux marchés émergents, les taux directeurs ont déjà augmenté et de nouvelles hausses sont attendues. Les banques centrales prévoient également de réduire leurs achats importants de dette publique et d'autres actifs dans les économies avancées, mais la manière dont cette réduction sera effectuée aura des répercussions sur la reprise économique et la politique budgétaire.

Avec la hausse des taux d'intérêt, la politique budgétaire devra s'adapter, en particulier dans les pays où la dette est plus vulnérable. Comme le montre l'histoire, le soutien budgétaire deviendra moins efficace lorsque les taux d'intérêt réagiront - c'est-à-dire que l'augmentation des dépenses (ou la baisse des impôts) aura moins d'impact sur l'activité économique et l'emploi et pourrait alimenter les pressions inflationnistes. Les préoccupations relatives à la viabilité de la dette vont probablement s'intensifier.

Les risques seront amplifiés si les taux d'intérêt mondiaux augmentent plus rapidement que prévu et que la croissance faiblit. Un resserrement significatif des conditions financières accentuerait la pression sur les gouvernements, les ménages et les entreprises les plus endettés. Si les secteurs public et privé sont contraints de se désendetter simultanément, les perspectives de croissance s'en ressentiront.

Compte tenu de l'incertitude des perspectives et de l'aggravation des vulnérabilités, il est essentiel de trouver un juste équilibre entre la souplesse des politiques, l'adaptation rapide à l'évolution des circonstances et l'engagement en faveur de plans budgétaires à moyen terme crédibles et durables. Une telle stratégie permettrait à la fois de réduire les vulnérabilités de la dette et de faciliter le travail des banques centrales pour contenir l'inflation.

Un soutien budgétaire ciblé jouera un rôle crucial pour protéger les personnes vulnérables (voir le Fiscal Monitor d'octobre 2021).

Certains pays - en particulier ceux dont les besoins bruts de financement sont élevés (risques de reconduction) ou qui sont exposés à la volatilité des taux de change - devront peut-être s'ajuster plus rapidement pour préserver la confiance des marchés et éviter une détresse budgétaire plus perturbante. La pandémie et la fracture financière mondiale exigent une coopération internationale forte et efficace et un soutien aux pays en développement.

___

Cet article a été republié depuis blogs.imf.org. 

_______________________

Suivez nos liens d'affiliés:

Pour acheter des cryptomonnaies en Zone SEPA, Europe et citoyens français, visitez Coinhouse 

Pour acheter des cryptomonnaies au Canada, visitez Bitbuy

Pour générer des intérêts grâce à vos bitcoins, allez sur le site de BlockFi

Pour sécuriser ou stocker vos cryptomonnaies, procurez-vous les portefeuilles Ledger ou Trezor

Pour transiger vos cryptos de façon anonyme, installez l'application NordVPN

Pour investir dans le minage ou les masternodes :

Pour accumuler des cryptos en jouant :

  • Au poker sur la plateforme de jeux CoinPoker
  • À un fantasy football mondial sur la plateforme Sorare

________________

Voici les sources d’informations qu’on vous propose:

Notre newsletter hebdomadaire gratuite: https://www.getrevue.co/profile/CryptonewsFR

Twitter: https://twitter.com/cryptonews_FR

Telegram: https://t.me/cryptonews_FR

LinkedIn: https://www.linkedin.com/company/11745115