Cet ancien développeur de Terra témoigne contre Do Kwon devant le tribunal

Matthieu Dumas
| 2 min read

Le développeur, dont l’identité est restée anonyme conformément aux lois de protection des témoins sud-coréennes, affirme que les exécutifs de Terra avaient promu le Terra USD comme option de paiements aux investisseurs, alors qu’ils savaient très bien que les réglementations locales l’interdisaient.

Un témoignage important


Dans le cadre du procès contre Terraform Labs qui se déroule actuellement en Corée du Sud, un ancien développeur du Terra USD a livré un témoignage accablant contre les fondateurs de l’entreprise.

Selon lui, Do Kwon et Shin Hyun-Seung, les fondateurs de l’entreprise, offraient des options de paiements en Terra USD, en étant pleinement conscients que cette pratique était illégale.

Do Kwon n’étant toujours pas présent au procès, car bloqué au Monténégro, c’est Shin qui a répondu à l’accusation en alléguant qu’un flou juridique entourait le Terra USD à l’époque, ce qui pouvait prêter à confusion.

De plus, Shin a argumenté qu’il avait quitté le navire Terraforma Labs, environ deux ans avant son effondrement, et que, par conséquent, il n’avait aucun lien avec sa chute.

Le développeur a poursuivi en expliquant que Do Kwon lui aurait dit que la réglementation financière sud-coréenne empêchait l’utilisation de Terra USD comme méthode de paiement. Ce témoignage entend donc que Do Kwon était parfaitement conscient des limites de sa stablecoin et agissait en toute connaissance de cause.

En réponse à cette dernière accusation, l’équipe juridique de Shin a affirmé que ce témoignage était tout simplement faux.

Les procureurs estiment que Shin et d’autres membres de l’exécutif ont conspiré avec Do Kwon, pour réaliser des profits en utilisant des moyens frauduleux, tout en dissimulant les risques.

Un grand absent : Do Kwon


Do Kwon, le co-fondateur de Terraform Labs — principal accusé donc — est aussi le grand absent de ce procès.

Il est actuellement en détention au Monténégro, pour usage de faux passeport. L’ampleur du scandale financier associé à Terraform Labs est vertigineuse, avec des pertes estimées à environ 40 milliards de dollars.

Sans surprise donc, les autorités américaines et sud-coréennes souhaitent toutes les deux voire Do Kwon extradé dans leur pays, pour répondre aux accusations portées contre lui.

Mais sa situation actuelle complique les choses, car la police du Monténégro est encore en train de débattre si l’avenir du Sud-coréen se décidera sur sa terre natale, ou aux États-Unis.


Sources : Chosun, The Block, X


Sur le même sujet :

Pourquoi le procès de Do Kwon est-il repoussé au mois de mars ?Les dernières nouvelles sur l’affaire autour de Terra et Do Kwon : On fait le point

Do Kwon et Terraform Labs demandent au juge de rejeter les accusations de la SEC