La raison pour laquelle les Bitcoin Ordinals pourraient bientôt disparaître

Emmanuel Mounier
| 3 min read

bitcoin-big-fail

Depuis leur création, les Bitcoin Ordinals ont toujours fait l’objet de controverses au sein de la communauté du Bitcoin. Ce projet décrit par son créateur comme une innovation n’a pas reçu un accueil chaleureux dans l’écosystème Bitcoin. Aujourd’hui, son existence est en péril en raison d’une mise à jour potentiellement imminente.

Retour sur les Bitcoin Ordinals


En janvier 2023, un ingénieur en logiciel nommé Casey Rodarmor a sorti le protocole Ordinals. Ce dernier permet aux fans de crypto d’émettre toutes sortes de choses comme des images, des textes, des programmes, et même des jeux vidéo directement sur la blockchain Bitcoin.

Ainsi, ce programme a complexifié la définition du Bitcoin et a même créé pas mal de débats parmi les passionnés de cryptos.

Certains puristes du Bitcoin voient dans le protocole Ordinals une attaque contre l’essence même de la crypto-monnaie qu’ils considèrent comme unique et différente des altcoins. D’autres, en revanche, utilisent ce protocole pour défier les maximalistes, ces enthousiastes inconditionnels du Bitcoin, en chargeant d’importantes quantités de données non essentielles dans chaque bloc de la chaîne.

L’origine des Ordinals dévoilée : Exploitation des vulnérabilités du code du Bitcoin


Le 6 décembre, l’un des développeurs les plus influents de Bitcoin Core, Luke Dashjr, a publié sur X (anciennement Twitter) une déclaration révélant une faille critique dans le Bitcoin Core, exploitée par les créateurs d’Ordinals et de BRC-20.

Selon lui, ces derniers utilisent cette vulnérabilité pour intégrer excessivement des données sur les satoshis (la plus petite unité du BTC), ce qui engendre une congestion importante de la blockchain Bitcoin.

Dashjr a précisé que, bien que le code de Bitcoin Core permette depuis 2013 de limiter la taille des données supplémentaires dans les transactions, les inscriptions échappent à cette restriction en masquant leurs données sous forme de code de programme.

Finalement, pour régler ce problème, ils ont effectué une grosse mise à jour sur le Bitcoin Knots, une version modifiée de Bitcoin Core. Le but de cette mise à jour était donc de corriger ce bug qui laissait les gens émettre plus de données qu’ils ne devraient dans leurs transactions Bitcoin.

Aussi, Bitcoin Knots se distingue de Bitcoin Core par l’intégration de fonctionnalités moins testées ou non testées, issues de rétro portages, et parfois maintenues en dehors du code principal. Cette correction pourrait donc marquer un tournant décisif dans la gestion des Bitcoin Ordinals et BRC-20, potentiellement en mettant fin à leur exploitation abusive de la blockchain.

Le futur des Bitcoin Ordinals suite à cette mise à jour


En réponse à une interrogation sur l’avenir des Ordinals et des tokens BRC-20 si la vulnérabilité était résolue, Luke Dashjr a affirmé qu’ils “cesseraient d’exister”, tout en précisant que les inscriptions existantes subsisteraient.

Parallèlement, le protocole de minage décentralisé Ocean, où Dashjr est directeur technique, a annoncé que la mise à jour de Bitcoin Knots allait bel et bien corriger cette faille longtemps exploitée par les spammeurs.

Ainsi, cette mise à jour vise à favoriser une plus grande inclusion de “transactions réelles” dans les blocs, suggérant que les inscriptions Ordinals étaient perçues comme une forme d’attaque par déni de service contre le réseau Bitcoin.

Dashjr, connu pour son opposition ferme aux inscriptions ordinales, considère que ces dernières causent des dommages considérables et irréversibles au Bitcoin et à ses utilisateurs, qualifiant les Ordinals d'”attaque contre le Bitcoin”.

Pour l’heure, ORDI, l’un des tokens BRC20 les plus populaires, a vu son prix chuter d’environ 10 % en quelques heures suite à ce débat en provenance de Twitter et son prix est autour de 45 $ actuellement.


Sources : CoinTelegraph / CoinMarketCap


Sur le même sujet :