Accueil ActualitésActualités Altcoin

CBDC: vers un un partenariat entre les banques centrales et le secteur privé?

Par Sead Fadilpašić
CBDC: vers un un partenariat entre les banques centrales et le secteur privé? 101
Source: Adobe/oscity

L'idée que les banques centrales gèrent les monnaies numériques de banque centrale (CBDC) a récemment été remplacée par celle que l’on pourrait voir apparaître un partenariat public-privé, selon Tommaso Mancini-Griffoli, chef de division adjoint au département des marchés monétaires et des capitaux du Fonds monétaire international (FMI).

Il s'est exprimé lors du dernier épisode de The Money Movement, animé par Jeremy Allaire, le PDG de Circle, la société de services financiers crypto qui est derrière le stablecoin USD Coin (USDC).

Mancini-Griffoli a expliqué le concept d'une CBDC “synthétique” (ou hybride) qui est de plus en plus populaire. Il s’agit d’un partenariat public-privé, mettant en avant un passif de la banque centrale. Le concept original des CBDC sous-entend que les banques centrales sont entièrement responsables de tout ce qui concerne la devise numérique, de sa création à la distribution. Mais les banques trouvent le concept assez risqué et coûteux, malgré les avantages.

Avec une CBDC synthétique, une partie du processus, et donc une grande partie du coût et du risque, est transférée au secteur privé, comme le choix de la technologie, la construction de l'interface commerciale, le filtrage des clients, etc. Ce qui se passe ici, c'est le mariage entre les deux secteurs, et entre l'innovation et la réglementation. Il reste des questions à répondre a déclaré Mme Mancini-Griffoli- notamment, où se situe la limite entre les responsabilités du secteur privé et celles du secteur public, en particulier en ce qui concerne l'émission du jeton ?

Mancini-Griffoli a indiqué que "l'intention n'est pas de faire des vagues dans le monde bancaire".

Lire aussi: La Banque de France a utilisé une blockchain pour tester sa monnaie digitale de banque centrale.

L’utilisation des nouvelles technologies pour changer le monde bancaire n'est pas toujours nécessaire car elle peut détruire la partie qui fonctionne bien. Mais la situation n'est pas "banques contre innovateurs" ou "banques contre stablecoins", a-t-il dit, et il est probable que les banques adopteront une grande partie des nouvelles technologies. Ce qui est bon dans les stablecoins sera adopté par les banques, et il y aura probablement même des partenariats entre les banques et les services de paiement, quelque chose de similaire à ce que nous commençons à voir aujourd'hui.

Le plan de Chicago et de la Chine

Les autres invités d'Allaire étaient Michael Kumhof, conseiller principal de recherche à la Banque d'Angleterre, et le Dr Chuanwei David Zou, économiste en chef de Wanxiang Blockchain Inc, et ancien économiste en chef de Bitmain, un important fabricant de matériel informatique.

M. Kumhof, s'appuyant sur ses précédentes recherches et ses travaux publiés, a déclaré que "la CBDC est un petit cousin du Plan de Chicago", un ensemble de réformes bancaires suggérées par les économistes de l'Université de Chicago à la suite de la Grande Dépression des années 1930. L'idée sous-jacente est une banque de réserve à 100%, ce qui signifie que les banques devraient être tenues d'avoir une couverture complète pour l'argent qu'elles prêtent, ce qui remplacerait le système bancaire de réserve fractionnée.

Le plan de Chicago "n'est pas à l'étude", a déclaré M. Kumhof, "mais les CBDC le sont", la Chine étant le pays le plus en avance.

La Chine travail au lancement de son DCEP (paiement électronique en monnaie numérique) qui est sous la responsabilité de la Banque populaire de Chine et il est garanti à 100% par les réserves de dépôt, a déclaré M. Zou. Il y a une couche de gros et une couche de détail, la Banque populaire de Chine l'émettant aux banques commerciales dans une approche de gros, et elle le distribue au public pour un usage de détail. Son centre d'enregistrement monitore tous les DCEP en circulation, sa propriété, etc., tandis que le centre de certification gère le processus de connaissance du client de manière centralisée. Il ne repose pas vraiment sur une blockchain, dit Zou, et il ressemble beaucoup plus à un jeton, qu'Allaire décrit comme "une cryptomonnaie centralisée".

Parmi les avantages du DCEP, a déclaré M. Zou, il améliorera l'inclusion financière, car il est plus facile d'obtenir un portefeuille DCEP qu'un compte bancaire, en particulier pour les étrangers. Les particuliers et les entreprises étrangères pourront bientôt disposer d'un portefeuille, ce qui améliorera les paiements transfrontaliers, leur permettra de traiter directement avec l'économie chinoise et permettra au DCEP de devenir "un élément de base du trading international", ce qui modifiera les relations économiques entre la Chine et les autres pays. Bien qu'il n'y ait pas de plans pour des tests transfrontaliers, a dit M. Zou, on garde cela à l'esprit, et le gouvernement chinois travaillera en étroite collaboration avec d'autres gouvernements afin de respecter leur souveraineté monétaire.
_________________________________

Suivez nos liens d'affiliés:

Pour acheter des cryptomonnaies; Zone SEPA Europe et citoyens français:

Pour acheter des cryptomonnaies au Canada:

Pour transiger vos cryptos de façon anonyme:

Pour générer des intérêts grâce à vos bitcoins:

Pour sécuriser vos cryptomonnaies:

Pour accumuler des cryptos en jouant:

  • Au poker sur la plateforme de jeux CoinPoker
  • À un fantasy football mondial sur la plateforme Sorare

________________

Suivez-nous sur Twitter ou rejoignez-nous sur Telegram

Plus d’articles