BTC -1.13%
$64,205.87
ETH 0.24%
$3,518.97
SOL 0.72%
$134.56
PEPE 4.28%
$0.000011
SHIB -0.57%
$0.000017
DOGE 0.03%
$0.12
XRP -0.01%
$0.48

Les cofondateurs de Tornado Cash sont accusés de blanchiment d’argent et de non-respect des sanctions

Thomas Julia
| 3 min de lecture

Les mauvaises nouvelles continuent pour Tornado Cash. Alors que les fondateurs du logiciel de confidentialité blockchain open source sont inquiétés depuis l’année dernière par les autorités américaines, récemment soutenues par un juge, un des cofondateurs, l’américain Roman Storm a été arrêté hier par le FBI. Un autre, le russe Roman Semenov, a été placé sur la Specially Designated Nationals and Blocked Persons List (SDN), les persona non grata des USA. Une liste qui cible les terroristes, les bénéficiaires de certains régimes politiques autoritaires et les criminels internationaux. Le monde de la crypto s’insurge. Ambiance. 

Des accusations extrêmement graves 

L’acte d’accusation, rendu public le 23 août, stipule que Semenov et Storm sont accusés de complot en vue de blanchir de l’argent, de complot en vue de violer les sanctions et de complot en vue d’exploiter une entreprise de transfert d’argent sans licence. Les deux premiers chefs d’accusation sont chacun passibles d’une peine maximale de 20 ans de prison. La troisième peut envoyer jusqu’à 5 ans derrière les barreaux. 

Roman Semenov est toujours en liberté, mais considéré en fuite. Le troisième cofondateur de Tornado Cash, Alexey Pertsev, a été arrêté aux Pays-Bas pour blanchiment d’argent en août 2022. Rappelons également que depuis cette date, l’OFAC (Office of Foreign Assets Control), l’organisme de contrôle des capitaux étrangers aux USA, a placé sous embargo sur 44 adresses USDC et ETH, empêchant ainsi les résidents américains d’utiliser Tornado Cash

La justice américaine accuse le logiciel open source d’avoir permis de blanchir plus d’1 milliard de dollars provenant d’activités criminelles. Notamment celles du groupe Lazarus, des pirates informatiques liés à la Corée du Nord. Le procureur Damien Williams est même persuadé que Tornado Cash et ses opérateurs ont “sciemment facilité” le blanchiment d’argent. Il déclare que “tout en prétendant publiquement offrir un service de confidentialité techniquement sophistiqué, Storm et Semenov savaient en fait qu’ils aidaient les pirates informatiques et les fraudeurs à dissimuler les fruits de leurs crimes”.

La communauté crypto vent debout 

Les avocats de Roman Storm ont déjà exprimé leur stupéfaction de voir leur client mis sous les verrous. “Nous sommes incroyablement déçus que les procureurs aient choisi d’inculper M. Storm parce qu’il a aidé à développer des logiciels, et ils l’ont fait sur la base d’une nouvelle théorie juridique avec des implications dangereuses pour tous les développeurs de logiciels.” 

Rappelons également que la sanction de Tornado Cash par l’OFAC a provoqué une réaction indignée dans la communauté crypto. Coinbase a soutenu une plainte déposée par six personnes alléguant que le département du Trésor avait outrepassé son pouvoir en sanctionnant le logiciel. L’association de défense des sociétés cryptos Coin Center a déposé une plainte similaire. Tom Emmer, membre pro-crypto de la Chambre des représentants américaine, a également écrit une lettre à la secrétaire au Trésor Janet Yellen pour remettre en question cette décision.

Les sanctions ont également, depuis l’année dernière, mis en évidence à quel point il peut être difficile de fermer complètement un service  “décentralisé”. Des programmeurs ont en effet emprunté le code open source de Tornado Cash pour créer de nouveaux programmes dotés de fonctionnalités similaires. Une nouvelle saga judiciaire s’annonce en tout cas dans la crypto. 

Sources: Cointelegraph, CNN, Coindesk