Accueil Actualités

L'Union européenne complique la vie de la Libra de Facebook

Par Tim Alper
L'Union européenne complique la vie de la Libra de Facebook 101
Source: iStock/richterfoto

L’année devrait être compliquée pour le géant des médias sociaux Facebook, les régulateurs antitrust de l'Union européenne (UE) ayant décidé de passer au grill les partenaires du réseau social au sujet de sa future cryptomonnaie, la Libra.

Bloomberg déclare qu’il a “consulté un document” décrivant comment la Commission européenne (l’organe exécutif de l’UE) “étudie actuellement le comportement anticoncurrentiel potentiel” du projet. L'agence de presse a déclaré qu’un questionnaire avait été envoyé aux partenaires de Libra "plus tôt ce mois-ci".

Le document indiquerait que l’enquête des régulateurs "se concentre sur la structure de gouvernance et la composition de l’Association Libra". La Commission examine également l’intégration éventuelle de Libra avec les applications de chat Facebook WhatsApp et Messenger.

Hier, Reuters a indiqué que WhatsApp était “en pourparlers avancés” avec plusieurs entreprises de paiement numérique et une grande banque indonésienne alors qu'elle envisage de lancer un service de paiement numérique dans le pays.

La société attend actuellement l’approbation réglementaire pour un déploiement en Inde, où elle est dans l’espoir de lancer un réseau de paiement basé sur un stablecoin. Mais WhatsApp semble avoir tourné son attention ailleurs en Asie en attendant les nouvelles des autorités indiennes.

Reuters évoque plusieurs sociétés parmi lesquelles le service de téléphonie mobile Go-Jek, fournisseur de paiement mobile DANA (soutenu par l'affilié de Alibaba Ant Financial) et de la société de fintech détenue par Lippo Group OVO.

Reuters indique selon ses sources que les accords sont "censés être finalisés prochainement".

WhatsApp serait également en pourparlers avec la banque publique Bank Mandiri, qui a déjà lancé un service de portefeuille numérique.

Et des sources ont déclaré à la même agence de presse que "le modèle indonésien pourrait devenir un modèle à adopter par WhatsApp sur d'autres marchés émergents pour contourner la réglementation par les acteurs étrangers en créant leurs propres portefeuilles numériques".

Dans le même temps, six membres du comité des services financiers de la Chambre des représentants américaine - qui a convoqué le mois dernier le responsable de la blockchain de Facebook - doivent avoir des entretiens avec les régulateurs suisses à la fin de cette semaine, en ce qui concerne Libra et “d’autres projets de cryptomonnaie”.

Lire aussi: Les régulateurs américains et suisses s’attaquent à la Libra de Facebook.

Suivez-nous sur Twitter ou rejoignez-nous sur Telegram

Plus d’articles