Le gouvernement du Nigéria veut tuer la crypto ?

Charles Ledoux
| 2 min read

nigeria programme subvention ia

Le gouvernement du Nigéria veut augmenter les frais pour les exchanges crypto de 400% alors qu’ils blâment l’industrie pour les difficultés financières du pays.

Le Nigéria veut augmenter les frais pour les exchanges crypto de 400%

Le gouvernement du Nigéria a proposé l’augmantation des frais de surveillances des exchanges crypto de 400%. En effet, selon eux, l’industrie crypto serait responsable de la chute à des niveaux records de la valeur de leur monnaie nationale locale Naira.

La SEC du Nigéria a donc publié un rapport de 60 pages pour instaurer une nouvelle réglementation sur l’industrie. Pour rappel, la banque centrale du Nigéria a approuvé en janvier le lancement du stablecoin cNGN.

Ce dernier devait donc rentrer dans ce nouveau cadre réglementaire en construction. C’est dans un contexte économique compliqué que le gouvernement espère donc relancer l’économie avec ce stablecoin.

Le Nigéria attaque Binance mais les stablecoins explosent


Néanmoins, ce stablecoin est adossé à la monnaie locale, le Naira. Monnaie qui connait une dévaluation sans précédent. Même si le Nigéria est connu pour son adoption des cryptos et du Bitcoin, il est avant tout l’un des plus gros utilisateurs du stablecoin Tether USDT.

En effet, comme l’indique la carte, le Nigeria domine le marché des USDT. La raison pour cette utilisation massive du stablecoin USDT est qu’il est tout simplement adossé au dollar.

Dans la mesure où le Bitcoin est toujours sensible aux fluctuations et que le Naira est encore plus risqué, les nigériens utilisent le stablecoin USDT pour naviguer entre le dollar et la crypto mère.

C’est pourquoi la seule solution pour le gouvernement d’éviter que les nigériens ne fuient le pays financièrement parlant (en utilisant un stablecoin non régulé et adossé au dollar), est soit d’instaurer un nouveau stablecoin plus attractif, soit de détruire l’industrie et les possibilités pour les investisseurs.

Alors peut-être ont-ils décidé de faire les deux puisque cette augmentation de taxe de plus de 400% pourrait bien freiner l’industrie dans son développement.

De plus, ils ont récemment attaqué Binance et arrêté deux cadres de l’exchange en exigeant la divulgation de certaines données. En somme, la Commission nigériane des crimes économiques et financiers (EFCC) a déclaré que Binance était responsable de “saboter l’économie” du pays.

“C’est la première fois qu’un pays accuse une plateforme de cryptomonnaie d’être en partie au moins responsable d’une crise économique”, déclare Alexandre Baradez, analyste financier spécialiste des cryptomonnaies pour le courtier en Bourse IG France.

C’est donc la pire crise économique de l’histoire que subit le pays Africain. Malgré tout, d’après Chanalysis, le Nigéria est à la troisième position dans les pays qui ont connu la plus grosse progression en termes d’utilisation des cryptomonnaies depuis 2021.


Source : CoinDesk


Sur le même sujet :