Les cryptos ont du mal à la bourse de Londres

Matthieu Dumas
| 2 min de lecture

Royaume-Uni-Crypto-reglementation

Depuis leur lancement le 28 mai, les notes négociées en bourse (ETNs) liées aux cryptomonnaies peinent à séduire sur la Bourse de Londres (LSE). Le volume total des échanges n’atteint qu’un maigre 500 000 dollars. En comparaison, aux États-Unis, les ETF Bitcoin spot ont enregistré un volume quotidien de 2,5 milliards de dollars le 7 juin.

Des chiffres déconcertants


Pas besoin d’être expert pour voir que l’entrée du Royaume-Uni sur le marché des ETNs cryptos est plutôt plate.

En date du 6 juin, le chiffre d’affaires combiné de tous ces ETNs n’est que de 504 880 dollars. WisdomTree représente 59 % de ce volume, 21Shares 41 %, et les produits d’Invesco affichent un volume de trading nul.

Pour contextualiser, les ETFs spot Bitcoin aux États-Unis voient un volume quotidien d’environ 2,5 milliards de dollars.

Seuls les investisseurs professionnels peuvent négocier ces produits cryptos, une restriction qui s’avère être un obstacle majeur pour ces fonds.

Un des émetteurs, 21Shares, pense qu’ouvrir le marché aux investisseurs de détail pourrait être un véritable « game changer ».

Actuellement, 21Shares propose quatre produits adossés au Bitcoin et quatre adossés à l’Ether au Royaume-Uni.

De leur côté, WisdomTree et Invesco gèrent également des produits similaires. Cependant, malgré ces efforts, les volumes de trading restent désespérément faibles.

La FCA et l’ouverture du marché UK


La décision de la FCA (Financial Conduct Authority) d’ouvrir le marché britannique aux investisseurs professionnels est un « grand pas dans la bonne direction ».

Cependant, ces produits étant cross-listés (cotés et négociés sur plusieurs bourses dans différents pays ou régions), les faibles volumes de trading étaient « conformes aux attentes », selon Alex Pollak, responsable de 21Shares UK.

Michael Delew, responsable des marchés de capitaux chez WisdomTree, ajoute que cette faible activité n’est pas surprenante étant donné que ces produits sont réservés aux investisseurs professionnels et institutionnels.

Heureusement pour Londres, la FCA avait déclaré ne « pas être contre » ouvrir les ETNs aux investisseurs particuliers, sans pour autant de donner d’échéance précise.

Un coup d’essai décevant


Pour l’instant, l’aventure des ETNs cryptos sur la bourse de Londres s’apparente à un coup d’essai plutôt décevant.

Le manque d’intérêt et de volume de trading met en lumière les défis de l’adoption de ces produits sur le marché britannique. Reste à voir si l’ouverture au grand public pourrait véritablement transformer la donne, mais pour l’instant, Londres ne semble pas vouloir prendre part à la révolution crypto.


Source : The Block


Sur le même sujet :