BTC -0.05%
$64,950.78
ETH -0.31%
$3,524.34
SOL -2.02%
$134.51
PEPE -0.43%
$0.000011
SHIB 0.16%
$0.000018
DOGE 0.83%
$0.12
XRP 0.40%
$0.49

Les États-Unis sanctionnent une société crypto basée à Gaza qui serait liée au Hamas

Siméon Allegaert
| 2 min de lecture

etats-unis-sanction-société-crypto-gaza

Alors que le conflit qui oppose l’état Israélien avec le Hamas se poursuit depuis près de deux semaines, l’Office of Foreign Assets Control (OFAC) du département du Trésor des États-Unis a déclaré, dans le cadre d’une annonce datant du mercredi 18 octobre, avoir infligé des sanctions financières sur plusieurs personnes et structures commerciales qui soutiennent les opérations terroristes du Hamas. Dans cet article, nous allons étudier les détails de cette affaire.

Les États-Unis sanctionnent une société crypto basée à Gaza qui serait liée au Hamas


Dans un premier temps, il convient de mentionner les efforts déployés afin de paralyser les activités de la plateforme d’échange “Buy Cash Money and Money Transfer Company” (Buy Cash). Cette dernière est basée à Gaza et son blocage constitue un élément important de l’évolution de la situation. Selon les dernières informations disponibles, la plateforme Buy Cash et son gestionnaire, Ahmed M. M. Alaqad, utilisaient de manière régulière des crypto-actifs de premier plan comme le Bitcoin (BTC).

Alors que Buy Cash avait déjà été rattaché à des portefeuilles crypto saisis par le Bureau national israélien de lutte contre le financement du terrorisme en 2021, la plateforme est désormais officiellement accusée d’avoir “contribué, parrainé et fourni un soutien financier, matériel et technologique au Hamas, ainsi que des biens ou des services à ce dernier ou en sa faveur”, selon le département du Trésor des États-Unis.

La démarche des autorités américaines a pour objectif principal de porter atteinte aux différentes sources de revenus du Hamas, en particulier dans les régions situées à proximité de la Cisjordanie et de Gaza. Il est également question du Soudan, de la Turquie, de l’Algérie et du Qatar. Sur le plan pratique, les sanctions de l’OFAC visent spécifiquement les personnes qui gèrent en secret le portefeuille d’investissements du Hamas, ainsi qu’une plateforme de trading crypto basée à Gaza. Dans un soucis de clarification, la secrétaire au Trésor des États-Unis, Janet Yellen, a déclaré par l’intermédiaire d’un communiqué :

« Suite au massacre brutal et inadmissible de civils israéliens, dont des enfants, les États-Unis adoptent actuellement une démarche stratégique afin de neutraliser le financement du Hamas et ceux qui le facilitent. »

Le gouvernement américain se positionne face à une liste de plusieurs individus, dont Musa Muhammad Salim Dudin, représentant du bureau politique et du bureau d’investissement du Hamas, et Abdelbasit Hamza Elhassan Mohamed Khair, financier du Hamas actuellement basé sur le territoire soudanais. À noter que ce dernier a déjà effectué des transactions à hauteur de plusieurs millions de dollars en faveur de l’organisation terroriste. À ce propos, Janet Yellen ajoute et souligne :

« Le Trésor américain a une longue expérience en matière de démantèlement du financement des réseaux terroristes et nous n’hésiterons pas à utiliser nos outils pour lutter contre le Hamas. Nous continuerons à prendre toutes les mesures nécessaires pour empêcher les terroristes du Hamas de lever et d’utiliser des fonds pour commettre des atrocités et terroriser le peuple d’Israël. »

De manière surprenante, les responsables du Hamas avaient déclaré dans le courant du mois d’avril 2023 que l’utilisation des cryptomonnaies était désormais fortement déconseillée. Notamment car la technologie blockchain rendait ses transferts de fonds facilement traçables et susceptibles d’être confisqués.


Source : Coindesk


Sur le même sujet :