Masterclass #1 : État des lieux du minage de Bitcoin avec Daniel Batten

Charles Ledoux
| 7 min read

bitcoin masterclass

Nous avons pu recueillir l’expertise de Daniel Batten, lors d’une conférence exclusive d’une heure sur le minage Bitcoin. Daniel Batten est le co-fondateur de CH4 Capital qui a pour but d’éliminer le méthane de l’atmosphère. Notamment en accompagnant les acteurs majeurs de l’industrie du minage Bitcoin. Avec plus de 15 ans dans le ClimateTech, il décide de s’intéresser au Bitcoin. Il décide donc de faire ses porpres recherches. Son objectif est de déterminer si le Bitcoin était véritablement “vert” et écologique.

En conséquence de plusieurs années de recherches, Daniel Batten est probablement l’expert le plus averti sur le minage Bitcoin, sur son développement et son impact sur notre environnement. Que ce soit à propos de l’utilisation des énergies renouvelables, du développement du secteur, ou encore de l’avenir du minage de Bitcoin, Daniel livre de nombreux éléments de réponses durant cette conférence.

Cette première partie de la masterclass s’axe essentiellement sur le réseau électrique du Bitcoin mining et ses cas d’utilisations :

L’importance et les différents cas d’utilisations du réseau électrique dans le minage de Bitcoin

Selon Daniel, l’utilisation d’énergies renouvelables dans le minage de Bitcoin bénéficierait de manière encore plus significative aux pays en développement.

“Il n’est pas évident pour les Occidentaux que cela profite aux populations des pays en développement, à moins que vous ne vous y rendiez. Il n’est pas évident pour les gens de tous les jours que cela aide à stabiliser les réseaux. À moins de comprendre comment fonctionnent les réseaux. Il n’est pas évident pour les gens que c’est vraiment efficace pour absorber l’énergie bloquée. A part si vous êtes pas dans le secteur de l’énergie. Mais si vous êtes dans le secteur de l’énergie, vous le voyez.”

Par la suite, il met en lumière un problème majeur que rencontrent les opérateurs de systèmes solaires ou de parcs éoliens. En s’appuyant sur une étude de la Cornell University, Daniel révèle que les opérateurs d’énergies renouvelables se retrouvent généralement avec énormément d’énergie, mais durant la mauvaise période de la journée. En effet, l’énergie est majoritairement disponible la nuit, lorsque la demande est au plus bas.

“Vous êtes donc un fournisseur d’énergie solaire, vous produisez une énorme quantité d’énergie, mais personne n’en veut. Et alors, que faites-vous de cette énergie bloquée ? Donc vous êtes un opérateur éolien et vous produisez une tonne d’énergie parce qu’il y a beaucoup de vent, mais il est bloqué. Vous ne pouvez pas le mettre sur le réseau. Parce que les réseaux sont comme des autoroutes. Une fois qu’ils ont atteint leur capacité maximale, vous ne pouvez plus les utiliser davantage. Ces deux cas conviennent donc à des consommateurs flexibles uniquement. Et le monde actuel n’a pas de consommateur d’énergie plus flexible que les sociétés minières de Bitcoin. Il peut se localiser n’importe où.”

Outre le fait que le matériel de minage Bitcoin peut être branché n’importe où, dans des conditions flexibles, ou encore tout au long de la journée, les données de ces machines de minages ne craignent pas une interruption comme les centres de données traditionnelles.

“Tout ce que vous perdez, c’est un peu de temps pendant lequel vous ne parvenez pas à exploiter le Bitcoin. Ce qui signifie qu’il peut s’éteindre. Ce qui signifie qu’il peut stabiliser les réseaux si la demande devient trop élevée. Mais il peut aussi absorber toute cette énergie renouvelable et l’utiliser pour payer l’opérateur d’énergies renouvelables. Et ce pour une énergie pour laquelle il n’aurait pas été payé autrement. C’est essentiel à comprendre. Et cela les rend plus rentables. Et que font-ils de ces bénéfices ? Ils vont les investir dans la construction de plus de parcs éoliens et de parcs solaires. Cela aide donc à construire l’ensemble du réseau.”

C’est dans ce contexte que les sociétés de mimage Bitcoin sont d’autant plus importantes et bénéfiques. En effet, elles permettent d’utiliser de l’énergie dont personne ne veut et que personne d’autre ne sait utiliser.

De plus, réduire les émissions de méthane serait encore plus bénéfique dans les 25 prochaines années dans le but de ralentir le changement climatique que l’utilisation de panneaux solaires ou de parc éoliens, selon les Nations Unies. D’après Daniel, la seule raison pour laquelle les industries ne se concentrent pas sur cet aspect est que “nous n’avons pas trouvé le moyen de le faire de manière rentable.”

“Donc, à moins que nous n’atténuions de manière rentable ces émissions de méthane, cela n’arrivera tout simplement pas. Il continuera à être gaspillé, rejeté ou, dans certains cas, rejeté dans l’environnement.”

En effet, c’est ce qu’il se passe dans le secteur pétrolier. Les surplus produits sont ensuite brûlés, ce qui aggrave encore plus l’environnement.

“Et donc l’un des très rares, sinon le seul type d’utilisateur possible est quelqu’un qui dispose d’énormes ressources informatiques. Et cela signifiera à nouveau soit du calcul à haute performance, soit du minage de bitcoins.”

Mais encore une fois, le minage de Bitcoin surperforme les ordianteurs à haute performances classiques. En effet, pour ces derniers, seulement 30% de leurs dépenses totales sont en électricité. A l’inverse, les dépenses des mineurs de Bitcoins sont majoritairement en électricité (entre 70 et 80%).

“Donc,c’esr l’une des caractéristiques tout à fait uniques du minage de Bitcoin. Parce que l’électricité représente un pourcentage si élevé de votre budget de fonctionnement, vous êtes prêts à aller jusqu’au bout du monde pour réduire vos coûts d’électricité, car c’est le meilleur moyen de contrôler vos dépenses.”

Si les besoins énergivores du minage du Bitcoin sont vus comme un aspect négatif, les mineurs peuvent littéralement transformer ce défaut en leur atout. C’est dans ce contexte que les décharges sont de plus en plus recherchées par les mineurs de Bitcoin, puisqu’elles font partie des trois plus gros libérateurs de méthane.

“Et donc nous pouvons prendre tout ce méthane et plutôt que de le gaspiller (quelque chose qui devient de la pollution) nous prenons cette pollution et nous l’utilisons comme source d’énergie.”

Pour Daniel, c’est le cas d’utilisation le plus “excitant” et le plus révolutionnaire dans la ClimateTech et pour l’industrie du Bitcoin mining.

“Mettez cela dans un générateur, purifiez-le d’abord, bien sûr, retirez une partie de l’humidité et compressez-le, mettez-le dans un générateur, puis utilisez ce générateur pour l’exploitation minière de Bitcoin. Et encore une fois, c’est quelque chose qui n’a aucun sens sur le plan économique. À moins que 70, 80 % de votre budget de fonctionnement soit consacré à l’électricité. Et donc le Bitcoin est vraiment dans une position unique pour atténuer cette énergie de méthane gaspillée. C’est-à-dire utiliser la pollution de manière rentable.”

De toute évidence, toute industrie recherche la rentabilité. Et à ce jour, seul le minage de Bitcoin peut permettre de profiter de cette énergie (jusque là gâchée) de manière rentable. L’aspect le plus important est qu’avec les émissions de méthane des décharges du monde entier, il serait possible d’alimenter 1,5 fois toutes les sociétés minières de Bitcoin du monde.

Dans la mesure où les décharges continuent de s’agrandir à un rythme constant (+1,4% d’émission de méthane par an), le minage de Bitcoin est tout bonnement la meilleure solution qu’il existe actuellement pour tenter de ralentir leur effet néfaste sur la planète.

Par ailleurs, il est bon de signaler que Marathon Digital a été la première entreprise publique à se lancer dans l’utilisaton du méthane des décharges pour le minage Bitcoin. Elle vient donc s’ajouter aux 4 autres sociétés privées dans ce nouveau mouvement prometteur. Et selon Daniel, l’intérêt et l’utilisation du méthane pour le minage BTC “grossit très rapidement”.


Source : conférence exclusive de la CryptoAcademy


Sur le même sujet :