Accueil ActualitésActualités Blockchain

Samsung, LG et Hyundai s’unissent dans une solution blockchain

Par Tim Alper
Samsung, LG et Hyundai s’unissent dans une solution blockchain 101
Source: iStock/Oleksandr Pupko

Onze sociétés sud-coréennes s'unissent pour créer un réseau blockchain «de type consortium» soutenu par le gouvernement, qui permettra aux citoyens d'abandonner notamment leurs certificats papier, leurs cartes d'identité d'employé, leurs diplômes en papier et les documents de réclamation d'assurance grâce à une solution blockchain mobile.

Selon le quotidien Kyunghyang Shinmun, la date de sortie a été avancée à décembre de cette année. Le consortium avait initialement prévu de déployer la plateforme en 2020.

Le consortium a été établi en juillet de cette année, avec les trois grandes entreprises de télécommunications, KT, SK et LG U+, en partenariat avec Samsung, ainsi que les banques KEB Hana et Woori et la société d'informatique financière Koscom.

Toutefois, la taille et la portée du projet ont considérablement augmenté, les émetteurs de cartes de crédit BC Card et Hyundai Card ayant adhéré le 20 octobre, aux côtés des banques Shinhan et Nonghyup (NH).

NH souhaite utiliser la plateforme pour créer un «laissez-passer» mobile alimenté par la chaîne de blocs en tant que solution d'identification pour ses services bancaires, tandis que BC Card souhaite utiliser la technologie de chaîne de blocs pour l'émission de cartes. Hyundai Card, quant à lui, déclare vouloir "rationaliser les services internes et les services clients" en utilisant la solution.

Le projet a également été soutenu par des agences gouvernementales et des ministères, et ses opérateurs pourraient se tourner vers le marché international, car la solution sera compatible avec les protocoles de téléphonie mobile GSM.

Selon le média Chosun, six universités sud-coréennes ont déjà indiqué qu'elles proposeraient une certification blockchain via la nouvelle plateforme. Les émetteurs de certificats sud-coréens d’anglais pour la communication internationale (TOEIC) tiennent également à utiliser cette nouvelle solution.

Le consortium compte désormais onze entreprises et ses opérateurs ont déclaré qu'il autoriserait également les citoyens à utiliser la documentation suivante basée sur la chaîne de blocs:

  • Preuve de revenus
  • Reçus médicaux pour faire des réclamations d'assurance
  • Preuve d'emploi
  • Preuve d'achat d'œuvres d'art de valeur

Lire aussi: Hyundai investit plus de 10 millions de dollars dans la blockchain.

Suivez-nous sur Twitter ou rejoignez-nous sur Telegram

Plus d’articles