17 mai 2022 · 5 min read

Les régulateurs financiers sud-coréens initient des enquêtes sur Terra

Après les informations selon lesquelles Do Kwon (de son vrai nom Kwon Do-hyeong) aurait dissous deux branches nationales de sa société dès la fin du mois d'avril, le PDG doit maintenant faire face à un nouveau casse-tête : les principaux régulateurs financiers de Corée du Sud sont sur le sentier de la guerre.

Source: Adobe/slawavorster

Les régulateurs affirment qu'entre 200 000 et 280 000 investisseurs sud-coréens ont été "affectés" par la chute spectaculaire du jeton, rapporte Newsis. Le nombre d'investisseurs détenant des jetons LUNA sur les quatre plus grandes bourses de Corée du Sud est estimé à au moins 170 000.

Tous les exchanges nationaux où s'échangent des wons sud-coréens ont retiré l'actif lié à Terraform de leur listing ou sont en train de le faire : Gopax a clôturé toutes les transactions liées à LUNA et Terra KRT (KRT) le 16 mai, et Upbit, leader du marché, a cessé les transactions de LUNA le 20 mai. La deuxième plus grande plateforme du marché, Bithumb, cessera de prendre en charge LUNA le 27 mai. Korbit et Coinone ont annoncé l'arrêt des transactions LUNA le 10 mai.

Le commissaire Jeong Eun-bo du Financial Supervisory Service (FSS), qui a répondu à des questions sur LUNA lors d'un sommet, a déclaré :

"Nous craignons que la confiance dans le marché des actifs virtuels ne souffre de cette situation et que les utilisateurs n'en pâtissent. Nous mènerons également des discussions approfondies avec les principales autorités de surveillance étrangères concernant l'écosystème des crypto-actifs à l'avenir."

Il a ajouté que "bien que le rôle des autorités de surveillance soit limité" dans cette affaire, il était "nécessaire d'identifier la nature des dommages et la cause de cet incident pour prévenir toute récurrence."

Newsis a ajouté que la Financial Services Commission (FSC), la Financial Intelligence Unit et la FSS étaient en train "d'identifier et de vérifier" les livres blancs de LUNA et Terraform ainsi que les données relatives aux investisseurs.

Jeong a déploré l'absence de "lois et règlements pertinents" concernant ce qu'il a appelé "l'incident LUNA". 

Pendant ce temps, KBS a indiqué que Koh Seung-beom, le président de la FSC, a assisté à une réunion plénière de la commission des affaires politiques de l'Assemblée nationale plus tôt dans la journée, au cours de laquelle il aurait déclaré :

"Il y a une limite à ce que nous pouvons faire car le jeton LUNA n'est une institution légale. Mais nous suivons de près la situation."

Cependant un fonctionnaire anonyme de l'un des organismes de réglementation a dressé un tableau un peu plus sombre, déclarant :

"Nous avons demandé des données aux bourses cryptos nationales afin de mieux comprendre où nous en sommes actuellement avant d'agir."

Les politiciens semblent également être embrouillés : s'exprimant lors d'une réunion de la commission des affaires politiques de l'Assemblée nationale plus tôt dans la journée, le député Yoon Chang-hyeon a affirmé que "des questions avaient été soulevées" sur "le comportement des exchanges pendant le crash" , ces derniers ayant apparemment choisi de prendre leurs propres initiatives, plutôt que de prendre une décision concertée.

Selon Newspim, Yoon a ajouté que l’Assemblée nationale devrait tenir une audience au cours de laquelle Do Kwon devrait être présent, ce qui permettrait aux députés de déterminer quelles mesures appliquer pour protéger les investisseurs à l'avenir.

Ailleurs, sur Reddit, un utilisateur a publié une copie d'une plainte soumise à la police de Singapour. Le formulaire, rempli par un citoyen singapourien, allègue que LUNA est une "escroquerie de Ponzi" et affirme que 1 000 Singapouriens ont été touchés : 

"Il n'est pas normal qu’un jeton soit présenté comme une monnaie sûre et stable et vendu à des investisseurs de détail qui n'y connaissent absolument rien. J'ai plusieurs exemples de ce Do Kwon et de son réseau de marketing MLM et de la manière dont ils ont répandu cette information sur un taux d'intérêt de 19 % pour attirer les Singapouriens dans son arnaque de type dépôt fixe. [...] Do Kwon est toujours milliardaire aux dernières nouvelles. [...] Il vit actuellement à Singapour, il y a donc une chance que ses avoirs soient gelés avant qu'il ne s'enfuie à l'étranger."

Terraform Labs a été fondée à Singapour en 2018.

Certains Redditors ont toutefois exprimé des doutes quant aux chances de succès de la demande :

"Ça craint que les gens aient perdu autant d'argent mais "les preuves" que l'auteur partage semblent n'être que des liens vers divers blogs sans aucune crédibilité."

Suivez nos liens d'affiliés:

  • Pour acheter des cryptomonnaies en Zone SEPA, Europe et citoyens français, visitez Coinhouse
  • Pour acheter des cryptomonnaies au Canada, visitez Bitbuy
  • Pour générer des intérêts grâce à vos bitcoins, allez sur le site de BlockFi
  • Pour sécuriser ou stocker vos cryptomonnaies, procurez-vous les portefeuilles Ledger ou Trezor
  • Pour transiger vos cryptos de façon anonyme, installez l'application NordVPN

Pour investir dans le minage de cryptomonnaies ou les masternodes:

Pour accumuler des cryptos en jouant :

  • Au poker sur la plateforme de jeux CoinPoker
  • À un fantasy football mondial sur la plateforme Sorare

Restez informé grâce à notre newsletter hebdomadaire gratuite et à nos réseaux sociaux: