Accueil Actualités

L'affaire QuadrigaCX se complexifie encore plus

Par Sead Fadilpašić
L'affaire QuadrigaCX se complexifie encore plus 101
Source: iStock/uschools

Quand l’exchange crypto canadien QuadrigaCX a fait une demande de protection des créanciers après une semaine dans la tourmente, la situation n’avait rien d’extraordinaire. Bien que ce soit dommageable pour ses utilisateurs, un exchange qui ferme, c’est malheureusement quelque chose qui arrive fréquemment. Cependant, l'histoire se complexifie au fil des jours: tout d’abord, il s'avère que cet échange doit 190 millions de dollars à ses utilisateurs, mais il semble qu'il n’ait jamais été en possession de cette somme. Et aujourd’hui, même la mort de leur fondateur et PDG est désormais remise en question.

Le montant détenu

Dans une déclaration sous serment déposée devant la Cour suprême de la Nouvelle-Écosse le 31 janvier, Jennifer Robertson, veuve du fondateur et PDG de QuadrigaCX, Gerald Cotten, a déclaré que l’exchange devait à ses clients environ 250 millions CAD (190 millions USD) en cryptomonnaie et en argent fiat.

Selon l'affidavit (déclaration sous serment), l'échange possède environ 26 500 Bitcoins (92,3 millions USD), 11 000 Bitcoin Cash (1,3 million USD), 11 000 Bitcoin SV (707 000 USD), 35 000 Bitcoin Gold (352 000 USD), près de 200 000 Litecoins (6,5 millions USD) et environ 430 000 Ether (46 millions USD), pour un total impressionnant de 147 millions USD. De plus, l'échange possède également en fiat 70 millions CAD (53,5 millions USD).

Robertson a également ajouté que Cotten était "seul responsable de la conservation des fonds et des cryptos" et que les membres restants de l'équipe n'avaient aucune façon d'accéder aux portefeuilles de l'échange. Robertson a écrit qu'après sa mort, "les fonds en cryptomonnaies de Quadriga sont devenus inaccessibles et qu’une partie est peut-être perdue".

Les fonds sont-ils en transit? Ont-ils jamais existé?

Un utilisateur de Reddit (u/Palhello) affirme avoir étudié tous les portefeuilles ayant interagi avec l’échange. Il a découvert que plusieurs portefeuilles avaient réalisé des transactions peut de temps après la révélation de l'affaire QuadrigaCX. L’utilisateur a affirmé que les quatre adresses évaluées dans la recherche ont été contrôlées par QuadrigaCX dans le passé, ajoutant: “Si ces adresses sont vraiment “froides”, il ne devrait pas y avoir de transaction sortante de leur part si la clé privée est perdue. Quoi qu’il en soit, les adresses affichées sont en tout cas utilisées pour être contrôlées par Quadriga".

Il n’existe actuellement aucun moyen de prouver que ces adresses appartenaient à Quadriga. Cependant, l'intrigue se complique: CryptoMedication, chercheur et analyseur de données sur Twitter, a récemment publié son analyse sur Zerononcense, une publication crypto qu'il dirige.

Grâce à une analyse approfondie de la blockchain, CryptoMedication a déterminé que QuadrigaCX n’avait jamais perdu l’accès à ses bitcoins, et que la somme en BTC citée dans l’affidavit n’était probablement pas exacte. Aucun chiffre définitif n’a pu être établi, mais le chercheur a également révélé que Quadriga avait eu recours à l’utilisation de réserves fractionnaires pour servir ses clients, utilisant les dépôts des clients pour effectuer des retraits: “Il semble également que QuadrigaCX utilisait les dépôts de ses clients pour payer d’autres clients quand ils voulaient faire un retrait, ce qui explique les délais parfois longs. Ce phénomène est devenu beaucoup plus fréquent vers la fin de 2018”.

Il conclut: “Ma recommandation serait que toutes les parties concernées traitent l’affaire comme un vol d’argent plutôt que comme un échange qui serait victime de circonstances malheureuses. Des preuves significatives indiquent qu'il est beaucoup plus probable que ce soit le cas".

Taylor Monahan, fondateur et PDG de MyCrypto, un outil open source “client” permettant d'interagir avec la blockchain, a également rejoint la discussion:

La chose la plus suspecte, cependant, est le fait que plusieurs transactions sortantes ont été effectuées depuis la date présumée du décès de Gerald Cotten (le 9 décembre 2018).

Gerald Cotten est-il mort?

La communauté crypto a de nouveau travaillé d'arrache-pied pour comprendre ce qui s’est passé et des conclusions intéressantes ont été faites. Selon l’utilisateur de Reddit u/normal_rc, il existe toute une industrie qui fournit de faux certificats de décès en Inde - et des cas vérifiés de personnes les utilisant.

Il est intéressant de noter qu’un nombre croissant de personnes se méfie de l’histoire entourant le décès présumé de Cotten. L’un d’eux est Jesse Powell, cofondateur et PDG de l’exchange Kraken, qui a tweeté: “Nous avons des milliers d’adresses de portefeuilles appartenant à @QuadrigaCoinEx et nous enquêtons sur l’histoire étrange et, franchement, incroyable de la mort et des clés perdues du fondateur”.

Selon le journal The Globe and Mail, Cotten a fait preuve de diligence dans d’autres domaines de sa vie. Il aurait signé un testament le 27 novembre, moins de deux semaines avant sa mort présumée. Il désigna Robertson comme exécuteur testamentaire et exposa brièvement la répartition de ses actifs, notamment un avion, des propriétés en Colombie-Britannique et en Nouvelle-Écosse, deux chihuahuas nommés Nitro et Gully ainsi que 100 000 USD pour prendre soins de ces animaux. Cependant, il semble avoir oublié de donner les clés privées des fonds cryptos.

Ce qui est certain, c’est que tout cela aurait pu être évité: le professeur Emin Gün Sirer de Cornell a déclaré que QuadrigaCX avait précédemment prétendu utiliser un système à plusieurs signatures. Ce n'est peut-être pas le cas si tout le monde prétend ne pas avoir accès aux fonds.

Suivez-nous sur Twitter ou rejoignez-nous sur Telegram

Plus d’articles