La monnaie numérique de la banque centrale européenne est listée comme une priorité de l’UE avant les élections de 2024

Pauline Eyebe
| 2 min read

Les prochaines élections européennes se tiendront en 2024 et le temps est à la programmation pour les instances dirigeantes de l’institution européenne. Avant cette date, un accord conjoint a été signé entre les présidents du Parlement européen, du Conseil et de la Commission dans le but d’établir des priorités. Parmi les chantiers identifiés en tant que priorités, on note la mise en place d’une monnaie numérique par la Banque centrale européenne.

Avant les élections de 2024, le Parlement européen envisage de se pencher sur 164 législations parmi lesquelles certaines sont en phase d’examen. Parmi les dossiers qui attendent encore d’être présentés, il y a celui de l’institution d’un euro numérique. Ce projet de législation est préparé par la Commission européenne qui envisage d’en faire la proposition au deuxième trimestre 2023 comme l’a confié un porte-parole de l’institution. 

La banque centrale européenne travaille d’arrache-pied pour proposer un prototype fonctionnel d’ici le mois de mars 2023, date de la fin de la phase de conception. Pendant cette phase, la Banque centrale européenne travaille avec des partenaires choisis méticuleusement. Dans le rang des partenaires à l’expérimentation, on compte le géant Amazon dont la participation est vivement contestée.

Au terme de cette expérimentation, la Banque centrale européenne (BCE) prendra la décision de lancer ou non un euro numérique (CBDC) comme cela a été prévu pour octobre 2023. Pour l’heure, ce qui inquiète les dirigeants de la BCE, c’est le fait que cet euro numérique, qui devrait arriver l’an prochain, aura des plafonds sur la réserve de la valeur ainsi que des transactions individuelles limitées.

Un dispositif anti-blanchiment d’argent en gestation pour la crypto au niveau européen

Autre point important concernant l’industrie cryptographique dans la liste des priorités, un dispositif anti-blanchiment d’argent. L’Union européenne voudrait instituer une autorité anti-blanchiment dont le rôle consistera à éviter le blanchiment d’argent par le biais des actifs numériques. 

Les secteurs qui sont dans l’œil de cette autorité sont la finance décentralisée (DeFi), les jetons non fongibles (NFT) et les DAO. Les débats sont en cours au niveau du Parlement européen pour donner naissance à cet organisme.