10 oct. 2021 · 4 min read

Pandora Papers : des implications possibles pour le secteur crypto ?

Après les Panama Papers en 2016, le consortium national des journalistes d’investigation (ICIJ, International Consortium of Investigative Journalists), un réseau composé de journalistes et d’organisations médiatiques basées à Washington a publié un document exposant le fonctionnement d’un système financier parallèle destiné à protéger les actifs financiers des personnalités les plus riches de ce monde baptisé Pandora Papers

Source : Adobe

Ce rapport est le fruit de plus de deux ans de reportages réalisés par 600 journalistes dans 150 médias, qui ont mis au jour près de 12 millions de documents. Il faut souligner l’importance des informations publiées dans les Pandora Papers : en effet, elles représentent deux fois la taille des comptes offshore et le nombre d'agents publics cités dans les Panama Papers. De plus, pas moins de 14 sources sont à l’origine de ces informations dans les Pandora Papers alors que les Panama Papers ne disposaient que d’une seule source.

Les acteurs du secteur crypto pourraient se dire que la divulgation de ces informations ne les concernent pas. Mais étant donné les nombreuses pressions qui pèsent actuellement sur le secteur, et non des moindres les questions fiscales, il est important de discerner en quoi ces révélations peuvent affecter (directement ou indirectement) l'industrie crypto. 

Pour mettre les choses en perspective, 32 000 milliards de dollars pourraient être dissimulés dans les paradis offshore, ce qui correspond à 15 fois la valeur de l’ensemble du marché des cryptomonnaies. Et à la lumière de ces documents, l’acharnement des régulateurs à répandre les allégations selon lesquelles les cryptomonnaies sont un instrument de blanchiment d’argent, de financement du terrorisme ou d’évasion fiscale devient ridicule. 

En effet, ce que l’élite mondiale a accompli par l’intermédiaire du système financier est tout bonnement impossible à faire pour les utilisateurs cryptos ordinaires. Bien sûr, les concernés se défendent en affirmant que ces opérations n’ont rien d’illégal, ce qui est vrai, mais la plupart se servent de ces comptes pour éviter le paiement de taxes et pour dissimuler des revenus obtenus d’activités soulevant de nombreuses questions d’éthique.

De nouvelles réformes fiscales pour corriger les abus ? 

Avant la publication des Pandora Papers, l’administration de Joe Biden avait proposé un plan permettant de mener une réforme fiscale ciblant les riches américains. Du côté crypto, la communauté attend toujours de voir quelles nouvelles règles seront appliquées aux acteurs du secteur, à l’exemple des Etats-Unis où selon les projections, l’“Infrastructure bill” devrait permettre de recueillir 28 milliards de dollars sur le secteur au cours des dix prochaines années. 

Mais pour remédier au problème immédiat, les autorités de plusieurs pays ont appelé à une enquête approfondie sur le sujet, à l’exemple de la présidente de la Commission Européenne, Ursula von der Leyen. Du côté américain, un projet de loi (Enabler Act) a été proposé pour que ceux qui facilitent l’exécution de ces transactions (trust funds, avocats, conseillers financiers …) soient soumis aux mêmes règles de diligence raisonnable que les banques. 

Toutefois, il est possible que la répression fiscale accrue qui pourrait suivre affecte tout le monde, y compris les acteurs du secteur crypto, avec des régimes de conformité encore plus contraignants, alors que comme le souligne Maya Zehavi

 

Les Etats-Unis, nouveau paradis offshore

Un détail que de nombreux analystes ont noté est l’absence de grands noms américains dans ces documents. Les journalistes estiment que la raison est très simple : certains territoires tels que le Nevada, le Dakota du Sud, le Delaware ou le New Hampshire sont en train de devenir des paradis fiscaux. Ces États ont adopté des lois sur le secret financier qui rivalisent avec celles des juridictions “off-shore”. Le secrétaire de presse de Vladimir Poutine, Dimitry Peskov, a ridiculisé les États-Unis pour leur hypocrisie, qualifiant le pays de plus grand "lagon fiscal" du monde. 

 

Le système bancaire traditionnel, qui n’accorde le secret bancaire qu'aux plus riches et aux plus puissants, continue de censurer librement les activités des citoyens ordinaires alors que les banques sont dans l’obligation de communiquer toutes les informations relatives aux transactions de leurs comptes. 

Il n'est pas certain que les cryptomonnaies apportent une réponse substantielle à la corruption rampante et tout n’est pas rose dans ce secteur qui connaît son lot d’actes de piratages et de tromperies. Mais les Pandora Papers expliquent au moins une partie de l'enthousiasme autour de l'adoption des cryptomonnaies : le désir de quitter un système basé sur l’abus de confiance et l’exploitation.

 

 

Suivez nos liens d'affiliés:

Pour acheter des cryptomonnaies en Zone SEPA, Europe et citoyens français, visitez Coinhouse 

Pour acheter des cryptomonnaies au Canada, visitez Bitbuy

Pour générer des intérêts grâce à vos bitcoins, allez sur le site de BlockFi

Pour sécuriser ou stocker vos cryptomonnaies, procurez-vous les portefeuilles Ledger ou Trezor

Pour transiger vos cryptos de façon anonyme, installez l'application NordVPN

Pour investir dans le minage ou les masternodes :

Pour accumuler des cryptos en jouant :

  • Au poker sur la plateforme de jeux CoinPoker
  • À un fantasy football mondial sur la plateforme Sorare

    Regardez la dernière vidéo “Les 5 actus cryptos de la semaine:

________________

Voici les sources d’informations qu’on vous propose:

Notre newsletter hebdomadaire gratuite: https://www.getrevue.co/profile/CryptonewsFR

Notre podcast audio: https://www.buzzsprout.com/1111262

Notre chaîne YouTube: https://www.youtube.com/channel/UCEu7E2wqP3t3QzAWTWF9weg

Twitter: https://twitter.com/cryptonews_FR

Instagram: https://www.instagram.com/fr_cryptonews

Facebook:  https://www.facebook.com/cryptonewsFR

Telegram: https://t.me/cryptonews_FR