Revue de la semaine du 17 juin 2019

| 3 min de lecture

Photo: Fonds Rivemont

Une fois de plus, quelle grandiose semaine pour le bitcoin! L’actif s’est bonifié d’environ 15% ces sept derniers jours seulement, rendement dont les investisseurs du fonds Rivemont crypto ont entièrement profité. Nous sommes maintenant à la porte des 10 000 $, un seuil psychologique majeur qui pourrait bien représenter un carburant plutôt qu’un plafond. Nous sommes dans un contexte complètement différent du rebond à 10 000 $ de mai 2018 et tous les indices sont au vert. Comme le dit Tyler Winklevoss, si bitcoin brise ce cap de 10 000 $, vous pouvez parier qu’il va briser 15 000 $. D’ailleurs, parlant des célèbres jumeaux, si vous vous cherchez une lecture de chevet, nous vous suggérons le récemment publié Bitcoin Billionaires. Une lecture à la fois instructive et divertissante.

Nous ne nous sommes jamais cachés de considérer bitcoin comme l’or digital. Les parallèles avec le métal précieux sont nombreux. La corrélation entre les deux actifs est désormais de plus en plus évidente, l’or semblant vouloir présentement sortir de sa période de consolidation de six ans. Voilà une interrelation qui retiendra fortement notre attention pour le futur.

Un attendu rapport sur la saga impliquant QuadrigaCX a été publié mercredi. Ce dernier dresse un très sombre portrait des opérations de l’ancien échange canadien. On y apprend que ce dernier ne tenait aucune comptabilité, que les fonds des clients n’étaient aucunement ségrégés des autres actifs de l’entreprise, puis qu’ils étaient d’ailleurs utilisés au bon escient du propriétaire de l’entreprise. Ce dernier les a notamment utilisés par lui-même pour investir sur d’autres échanges, perdant des sommes notables au passage. Les chances des anciens clients de récupérer leurs actifs laissés sur l’échange semblent malheureusement pratiquement réduites à néant.

La nouvelle de la semaine fut toutefois sans contredit l’annonce de la création de Libra, la cryptomonnaie du réseau social Facebook. Cette dernière se fait en partenariat avec de nombreux géants de l’industrie du paiement, dont notamment Visa, MasterCard et PayPal. Libra représente une cryptomonnaie stable qui sera chevillée à un panier de monnaies fiat mondiales majeures. Il ne s’agit pas d’un actif qui pourrait augmenter en valeur, sinon pour les poches de Zuckerberg, bien évidemment.

Libra représente-t-elle véritablement la révolution que certains médias prétendent? Tout dépend de l’angle d’analyse.

Cette monnaie utilisera effectivement la chaîne de blocs, ce qui est un signe d’adoption majeur de la technologie, pour ne pas dire une approbation globale de cette dernière. À cet effet, il s’agit d’un pas de géant pour l’esprit du grand public et du coup pour le futur des cryptomonnaies en général. La révolution s’arrête toutefois possiblement là.

En effet, ne pensez pas qu’un compétiteur au bitcoin vient de voir le jour. L’utilisation de la chaîne de blocs est le seul élément de Libra qui lui permet de la qualifier de cryptomonnaie. Cette dernière n’a pas les importants critères de décentralisation et de protection à la censure qui donnent toute la valeur aux cryptomonnaies entièrement publiques. Il s’agit d’un produit privé qui se rapproche beaucoup plus de PayPal que du bitcoin dans sa nature et sa vocation.

Soulignons en effet qu’afin d’éviter que la cryptomonnaie serve au blanchiment d’argent, un important processus de KYC (know your customer) sera nécessairement mis en place, accordant une foule d’informations privées des utilisateurs à Facebook au passage. Il faudra nécessairement être membre Facebook afin d’utiliser cette nouvelle méthode de paiement, ce qui enlève le caractère universel et public qui caractérise notamment le bitcoin. Avec Facebook comme acteur central, nous avons un maillon justement centralisé qui peut dicter ses règles à son bon vouloir. À cet effet, nous sommes loin de la révolution, mais assistons plutôt à une simili cryptomonnaie avec des failles majeures. Ne vous faites pas prendre au piège d’ailleurs. Le modèle d’affaires de Facebook est la collecte et l’utilisation des données de ses utilisateurs. Libra est un nouvel outil qui permettra de décupler ce lot d’information entrant dans les mains du réseau social. C’est là toute la valeur du projet pour l’entreprise.

Si le projet est ambitieux et supporté par des acteurs majeurs, il ne faut pas non plus croire que Libra entrera sur le marché sans heurt. Les régulateurs auront de nombreuses réticences et ont d’ailleurs tôt fait de se manifester.

Tous les capitaux du fonds sont évidemment exposés au prix du bitcoin. La dominance de ce dernier sur l’ensemble du marché des cryptomonnaies est en constance hausse depuis un an et il ne ferait actuellement aucun sens d’aller dans un sens autre.

Cet article vous est présenté par Fonds Rivemont. Le fonds Rivemont crypto est le premier et seul fonds activement géré de cryptomonnaies au Canada. Éligible REER et CELI. Les investisseurs qualifiés peuvent en apprendre plus ici.

Avertissement : Cette chronique ne reflète pas nécessairement l’opinion de CryptonewsFR et ne constitue en aucun cas des conseils à l’investissement ni des consignes de trading.