L’émetteur du stablecoin BUSD, Paxos, serait en pourparlers avec la SEC

Ruholamin Haqshanas
| 3 min read
 Charles Cascarilla, PDG de Paxos. Source: capture video, Youtube/CNBC Television

Paxos, une plateforme d’infrastructure blockchain et l’émetteur du stablecoin Binance USD (BUSD), est en pourparlers avec la Securities and Exchange Commission des États-Unis concernant sa décision de considérer le stablecoin comme un titre.

Dans un courriel aux employés, le PDG de Paxos, Charles Cascarilla, a déclaré que Paxos avait eu des “discussions constructives” avec la commission au sujet de BUSD, et a a ajouté que ses discussions devraient se poursuivre, a indiqué Reuters. 

Cascarilla a noté que la société était prête à défendre sa position selon laquelle BUSD n’est pas un titre devant un tribunal.

Paxos est l’émetteur du BUSD, un stablecoin associé à Binance, le plus important exchange de l’industrie crypto. Le BUSD est indexé au dollar américain suivant un ratio de un pour un.

La semaine dernière, les régulateurs de l’État de New York ont ordonné à Paxos de cesser de frapper (minter) de nouveaux jetons BUSD. Dans une alerte aux consommateurs, le département des services financiers de l’État de New York a déclaré qu’il avait émis cette décision “à la suite de plusieurs problèmes non résolus liés à la gestion de sa relation avec Binance.”

Par la suite, il a été révélé que la SEC avait menacé de poursuivre la société au sujet de son émission de BUSD. L’agence a fait valoir que le BUSD est considéré comme un titre non enregistré.

À la suite de la répression réglementaire, Paxos a annoncé qu’il cesserait d’émettre de nouveaux jetons BUSD à partir du 21 février, mais continuerait à soutenir et à racheter les jetons jusqu’à février 2024.

Paxos affirme que le partenariat avec Binance n’est plus dans son intérêt

Dans l’e-mail, Cascarilla a déclaré que le choix de mettre fin au partenariat avec Binance avait été prise car celui-ci “ne correspond plus à nos priorités stratégiques actuelles”. Il a ajouté que les communications avec le Département des services financiers de New York (New York State Department of Financial Services, NYDFS) et la SEC au sujet de BUSD ne sont pas liées au partenariat avec Binance.

Le PDG de Paxos a ajouté que la société travaillait toujours avec la SEC en vue de la publication de sa demande d’obtention d’une licence d’agence de compensation et avec l’Office of the Comptroller of the Currency (OCC) des États-Unis pour obtenir l’approbation définitive de sa charte de banque fiduciaire nationale.

Comme indiqué dans l’article, Binance envisage d’explorer de nouvelles alternatives aux stablecoins basés sur le dollar dans un contexte de surveillance réglementaire croissante aux États-Unis.

Patrick Hillmann, directeur de la stratégie de Binance, a déclaré dans une interview la semaine dernière que de multiples entités privées et publiques ont manifesté leur intérêt à collaborer avec l’exchange pour lancer un autre stablecoin, qui pourrait ne pas être ancré au dollar.

“Il existe des opportunités très intéressantes, notamment en Europe et au Moyen-Orient”, a déclaré Hillmann dans une interview accordée à Forbes, sans donner plus de détails.

Il convient de noter que le PDG de Binance, Changpeng Zhao, a également avancé l’idée que l’exchange émette un stablecoin qui ne serait pas arrimé au dollar. Dans un message sur Twitter, CZ a déclaré que la société explorait activement cette possibilité.