Masterclass #9 : Le Bitcoin, la Tradefi et la finance traditionnelle

Charles Ledoux
| 10 min read

bitcoin masterclass

Cette semaine, nous commençons une nouvelle série de masterclass sur le thème du “data-based investing”. C’est grâce à l’expertise du Directeur des recherches de 3iQ, Mark Connors que nous explorerons tout le potentiel de l’investissement dans le Bitcoin et la TradeFi.

Dans ce premier épisode, découvrez en premier lieu pourquoi investir dans le Bitcoin et la TradeFi et où en sont le développement et l’adoption de l’industrie.

Le Bitcoin, Ethereum et la TradeFi : l’état des lieux.


Avant toute chose, il est nécessaire de comprendre les bases avant de se lancer dans le “data-based investing”. Il est essentiel d’avoir un point de vue global sur l’économie et la finance.

Alors, où en sont le Bitcoin et la TradeFi actuellement ?

Selon Connors, cette adoption lente est pour le moins inévitable et rend le Bitcoin au prix actuel une opportunité exceptionnelle.

De plus, il ajoute que la période n’a jamais été aussi bonne pour ce qui est de l’écosystème DeFi et crypto. En effet, pendant de nombreuses années, de “bons business » étaient dirigés par des “mauvais acteurs”. C’est non sans rappeler l’affaire FTX et SBF.

Désormais, avec Ethereuem, Uniswap et le Bitcoin, la DeFi et le trading crypto sont dans une bonne position depuis moins d’un an.

“Le cycle de crédit est si sain qu’il lave les vieux linges. Ça nous donne une nouvelle vie. Si vous regardez ce qui se passe lorsque vous n’avez pas de cycle de crédit, vous regardez le Japon. Donc, le crédit est très sain. Nous n’avons pas eu de cycle par défaut depuis huit ans. Nous avions de mauvais acteurs et de mauvaises entreprises et ils ont été émincés. Des mauvais plans d’affaires où les gens prêtent, empruntent à court terme, prêtent longtemps, nous savons comment cela a fini pour quelques personnes. Et puis nous pensons évidemment à SBF, qui est une mise en lumière sur cette mauvaise gestion. Mais ce qui reste, comme avec toutes les faillites, c’est que vous avez de bonnes entreprises, mais une mauvaise gestion. Donc, nous avons maintenant de merveilleux actifs qui fonctionnent, que ce soit Ethereum, Uniswap, et évidemment Bitcoin.”

D’après Mark Connors, le Bitcoin est actuellement une “merveilleuse opportunité d’investissement”. En effet, il met en lumière le retournement d’opinion de Larry Fink, qui a longtemps décrié le Bitcoin pour finalement proposer un ETF Bitcoin Spot au travers de BlackRock.

“Nous sommes donc dans une merveilleuse opportunité maintenant. Je considère Bitcoin en particulier comme un backend equity. Personne ne le comprend, il est passé par un processus de faillite et désormais, il est en train d’être adopté lentement, comme nous l’avons vu avec Larry Fink. Mais le pump de la TradeFi n’est pas encore arrivé dans un full cycle. Il y a encore cette vague de défauts de paiement de l’immobilier et des entreprises, qui sont juste sur le dos de tout le monde. Donc, c’est mon avis, ce sont deux écosystèmes très différents dans deux états très différents.”

La finance traditionnelle et la TradeFi sont donc à observer bien séparément. Que ce soit au niveau de leur état global, mais aussi de leurs étapes de développement.

“Nous regardons le Japon comme une indication sur ce que nous devons faire ou pas faire. Le gouvernement a donc fait des choses comme avant la crise de 2008. Je vais m’engager et dire que les États-Unis ne fonctionneront pas avec le degré de grandeur qu’ils ont eu jusqu’à présent en tant que leader mondial, que ce soit militairement ou autre chose. Ça a été compromis. Et je vais te donner deux vignettes. L’une était le 9 mars lorsque le 10-Year américain s’est écrasé, et la liquidité et les capitaux propres sur le marché du crédit, sur le marché du Trésor ont disparu, et le monde semblait sur la fin. Et la Fed est arrivée, la Russie a tiré des roquettes sur l’Arabie saoudite. C’était l’une des choses les plus sous-médiatisées.”

Nous avions d’ailleurs évoqué dans les épisodes précédents toute la puissance du dollar dans la macro-économie mondiale. De plus, il ajoute que son expertise de l’analyse des données l’a poussé, lui et ses équipes, à prendre le Japon comme pays de référence.

“Je pense toujours que nous le sommes évidemment, ça va être un peu différent. Mais c’était le fait que maman et papa sont maintenant compromis avec le covid et avec les dépenses. Et tout d’un coup, ces petits, vous savez, les acteurs secondaires réagissent et nous avons plus tard l’Ukraine. Donc, on le voit déjà. Nous voyons que nous sommes compromis sur le plan législatif. On est compromis sur un front de dépenses, et ça va créer une dislocation ou une agitation. Donc, c’est la première chose. En ce qui concerne les opérations américaines, encore une fois, je regarde le Japon en 2008 : le Japon a fait quelque chose de très étrange après. Ce qu’ils ont fait, c’est qu’ils ont dit à leurs pensions, vous pouvez acheter des FNB. Pour la première fois, ils ont autorisé les retraites à acheter des FNB, puis la Banque du Japon a changé leur cahier des charges pour pouvoir acheter des FNB. Donc, je pense que les banques centrales deviennent des ingénieurs financiers, et c’est ce que nous allons voir ici plus avant de parler de défaillance. Ça va arriver. Et donc, quand on commence à penser d’un point de vue de l’investissement, disons qu’on va sur cette route, comment les investisseurs devraient-ils penser pour savoir où se situent les opportunités ? Je suppose que la première partie est de regarder les prix de manière indépendante. Regarde ta maison, regarde ce dont tu as besoin. Qu’est-ce que vous avez, quels sont vos actifs et passifs en tant que particulier ? Vous avez une maison ? Et puis regardez les prix. Tu vas voir qu’évidemment, le dollar ou même les obligations ne sont pas un stock de valeur. Et pour emprunter à Michael Saylor, qui l’a très bien fait, en milliers de fois, les rendements du marché boursier vous maintiennent dans un moment immobile. Comme l’éducation à domicile, les soins de santé, l’alimentation dans l’ensemble, c’est probablement un taux d’inflation de 8% au cours des 30 dernières années. Donc, si vous investissez vos actifs, quoi que vous fassiez, vous devez faire 8 à 10% par an au minimum. Et avec ça, vous devez avoir quelque chose qui le surcharge, parce que nous avons aussi eu 20 à 30 ans de périodes où les actions ont retourné à zéro. Et après ce grand bond des prix des actifs, il y a un risque que nous ayons une autre période d’actions qui est également en flatline. Je ne dis pas que c’est le cas, mais il y a un risque pour ça. Moi, le Bitcoin m’intéresse particulièrement pour cela, c’est pour cela que je suis entré. J’ai concentré beaucoup de temps ces trois dernières années sur Bitcoin. C’est à cause de ce que je vois par-dessus mon épaule, dans la TradeFi, qui se passe plus vite que je ne le pensais.”

En effet, le Bitcoin est parmi les actifs les plus performants de ces 10 dernières années. Par ailleurs, le Bitcoin a même mieux performé que l’or. Le Bitcoin était l’actif le plus performant de 2023 avec un ROI de 140%. C’est donc bien plus qu’un simple refuge contre l’inflation persistante et qui ne cesse de frapper les plus petites classes sociales.

Le Bitcoin, la TradeFi et l’adoption


Mark est donc entré dans le Bitcoin et la TradeFi en voyant toutes les opportunités que ces outils offrent pour obtenir ces rendements supérieurs à 8%. En effet, l’inflation est en train de tirailler l’économie mondiale jusqu’à un point de chute inévitable.

Même si le Bitcoin paraît évident pour la plupart des crypto-enthousiastes, qu’en est-il de son adoption dans le monde et de l’impact de la réglementation sur celle-ci ?

“Nous le regardons d’un point de vue de l’adoption. Donc, d’un point de vue du prix et du retour sur investissement, la réglementation est une énorme partie. L’autre partie, ce sont les fonds de crédit. C’est à propos de la performance de contrepartie, des ratios de couverture, etc. Donc, nous prenons cet aspect en crypto, et avec le Bitcoin en particulier, le trilemme est un modèle merveilleux pour commencer. Si quelqu’un le regarde, vous regardez la sécurité, peut-il être piraté ? Vous regardez la décentralisation, quelle est l’intégrité de la performance au fil du temps et la capacité qui mène à la sécurité, mais aussi à la persistance de la chaîne. Et puis l’évolutivité. Donc, lorsque vous évoquez la région et la réglementation, je pense à la décentralisation, plus elle est décentralisée, moins importante est la réglementation. Une entité comme la Chine qui a interdit l’exploitation minière, ce qui ne l’a pas perturbée et n’a pas blessé le Bitcoin, elle a juste bougé parce qu’elle était décentralisée.”

Le “blockchain trilemna” serait donc le point de départ pour évaluer l’importance de la réglementation. Au-delà de la réglementation, la décentralisation est l’élément clé à prendre en considération lorsque l’on juge le Bitcoin et les autres outils cryptos d’investissement. Néanmoins, malgré tous ces avantages, l’adoption est encore loin de celle escomptée. Malgré tout, en comparant avec la courbe d’adoption d’Internet, l’adoption du Bitcoin et des cryptomonnaies suit une tendance qui n’a rien d’anormal.

“Je pense que c’est plus une question émergente. Nous sommes revenus et nous avons examiné l’évolution de l’Internet, les différentes couches des protocoles, les guerres de protocole, entre TCP/IP et puis ce que British Telecom utilisait. Et ensuite, ils ont creusé leurs tombes. Il y avait une petite entreprise appelée Robbie Stevens, grande dans la technologie, mais petite entreprise, mais ils se sont rapprochés de tous ces gens de la technologie émergente dans la Silicon Valley. Ils ont finalement été achetés par Craig Swiss et d’autres entreprises. C’est très similaire. L’Internet a commencé avec l’apparition de petits composants, cela a été absorbé dans de plus larges plateformes qui avaient besoin d’évoluer loin du système bancaire, qui était le secteur dominant, jusque dans la technologie. Donc, je vois cela (l’état d’adoption du Bitcoin) comme une autre étape. Cela ne veut pas dire que l’industrie est sous-évaluée, je pense que c’est un peu différent par sa décentralisation, mais cela veut dire que la TradeFi va arriver. Mais ça va être difficile parce que comment les banques régionales vont rentrer dans cela. Je pense qu’elles vont germer et se diviser, il va y avoir des spin-offs, puis elles vont s’orienter vers des écosystèmes intermédiaires comme Ethereum, ou vers des protocoles comme le Bitcoin.”

L’adoption va donc être difficile, mais dépendra majoritairement des banques régionales. Et bien moins de la réglementation, qui se heurte face à une décentralisation et une composition anti-fragile. Néanmoins, d’après lui, la TradeFi est en passe de devenir une option d’investissement de plus en plus utilisée.

Mais tout serait question de technologie dans la TradeFi. Alors que la période des “good business, bad actors” semble terminée, le développement de la technologie sera crucial dans le processus d’adoption et d’épanouissement de l’écosystème.

Comme l’avait déclaré un spécialiste des actifs numériques, Charles Kerrigan, “il y a une possibilité que la DeFi secoue beaucoup de banques.” L’industrie de la technologie a le potentiel de prendre la place des banques si elles ne réagissent pas assez vite.


Source : Original


Sur le même sujet :