10 janv. 2022 · 10 min read

Les CBDC (Central Bank Digital Currencies) en 2022

La croissance du secteur crypto a incité de nombreuses banques centrales à envisager ou même à piloter leur propre prototype de monnaie numérique mais aucun n’est arrivé à son terme en 2021 (bien que les Bahamas aient lancé le Sand Dollar numérique en 2020). La plupart des commentateurs estiment qu'il faudra encore attendre un ou deux ans avant d'assister à des déploiements complets.

Source: Adobe/Сергей Шиманович

___
 

___

Cela dit, les analystes du secteur estiment que 2022 verra une intensification des expérimentations et des pilotes, avec l'implication d'un plus grand nombre de pays et de banques centrales. Dans le même temps, les observateurs s'attendent également à ce que davantage de banques et d'institutions financières privées lancent leurs propres monnaies numériques, ce qui renforcera la concurrence entre les cryptomonnaies.

Avancer lentement, multiplier les consultations et les essais

"Il est vrai que les CBDC ont gagné beaucoup de terrain au cours des dernières années. Plus de 85 % des banques centrales ont mis en oeuvre une initiative quelconque, généralement sous la forme de recherches, d'un projet pilote précoce et, dans certains cas exceptionnels, du développement de solutions CBDC, voire d'un déploiement limité", a déclaré Lambis Dionysopoulos, chercheur à l'University of Nicosia.

Mais si de nombreuses banques centrales s'intéressent aux CBDC d'une manière ou d'une autre, M. Dionysopoulos affirme que la plupart d'entre elles ont l'intention de procéder avec prudence, compte tenu de l'ampleur de la tâche à accomplir et des décisions à prendre.

Actuellement, les banques centrales sont confrontées à plusieurs options concernant l'infrastructure technologique, la gestion et les caractéristiques monétaires des CBDC. À titre indicatif, les CBDC peuvent utiliser l'infrastructure de règlement brut en temps réel existante ou un nouveau réseau [technologie de registre distribué] (blockchain)", a-t-il déclaré à Cryptonews.com.

Pour compliquer davantage les choses, Dionysopoulos note que les CBDC peuvent être émises par une banque centrale seule, ou en collaboration avec des banques commerciales et d'autres prestataires de services financiers. Il faut ensuite prendre en considération d'autres caractéristiques, comme le fait que la CBDC doit porter un intérêt positif ou négatif, ainsi que sa nature de passif et d'actif dans le bilan des banques et des particuliers. 

"Chaque option dispose de ses propres avantages et inconvénients. En fin de compte, la conception des CBDC aura un impact tangible sur la fonction et l'utilité de l'argent, et même sur l'avenir et le rôle du secteur bancaire commercial", a-t-il déclaré.

La conception et le développement d'une CBDC comportent un tel éventail de variables nécessitant de nombreuses expérimentations. C'est pourquoi M. Dionysopoulos pense que nous ne verrons pas de lancement (ou en tout cas pas beaucoup) en 2022. 

"Lorsqu'il s'agit de l'avenir de la monnaie, il n'y a pas de raccourcis à prendre ]...]. En suivant l'exemple de la Chine, il est probable que nous verrons un déploiement limité cette année", a-t-il ajouté.

Chris Caruana, le vice-président des solutions de lutte contre le blanchiment d'argent chez Feedzai, une plateforme de gestion des risques alimentée par le big data et l'apprentissage automatique, partage cet avis.

"Un baromètre sur le calendrier de déploiement réel est celui de la progression réalisée par la Chine. Le secteur s'accorde généralement à dire qu'elle sera probablement la première à mettre en oeuvre une version complète, compte tenu de l'état d'avancement actuel et des signaux émis par Pékin", a-t-il déclaré à Cryptonews.com.

La Chine aurait déjà testé son yuan numérique auprès d'environ 140 millions de résidents chinois, et sa banque centrale a indiqué en novembre que le total des transactions utilisant la monnaie numérique s'élevait à environ 62 milliards de CNY (9,8 milliards de dollars). Et la plupart des observateurs estiment qu’en raison de la progression de la Chine, les pilotes et les essais vont se multiplier en 2022.

"Des tentatives d'adoption plus agressives seront probablement annoncées par les pays en développement en 2022. Les pays du G20 qui sont plus développés prendront plus de temps pour adopter ou s'engager ", a déclaré Jason Allegrante, chef des affaires juridiques et de la conformité chez Fireblocks, un dépositaire d'actifs numériques.

La complexité des motivations derrière les CBDC 

S'agissant des raisons motivant les banques centrales et les gouvernements, la plupart des commentateurs affirment qu’elles varieront en fonction du pays correspondant.

"Selon moi, il n'existe pas d'objectif unique et unifié pour les CBDC [...] Les objectifs fixés en Chine sont probablement très différents de ceux fixés dans l'UE, par exemple", a déclaré Vytautas Zabulis, PDG de H-Finance, une société de solutions de trading d'actifs numériques.

M. Zabulis ajoute que, dans le contexte actuel, la principale motivation des gouvernements et des banques centrales est de mettre en œuvre des politiques nationales et internationales, plutôt que de déployer des CBDC dans l'intérêt des particuliers. Il suggère toutefois que les CBDC finiront par profiter largement aux gens ordinaires.

Pour Jason Allegrante, l'une des principales motivations est "la prise de conscience qu'il y a de réels avantages à adopter ces technologies dans les fonctions essentielles des banques centrales, comme les paiements, le règlement et la distribution des devises. Il y a aussi probablement une crainte légitime d'être distancé, soit par d'autres pays plus prompts à adopter l'innovation financière, soit par le secteur privé lui-même", a-t-il déclaré.

Lambis Dionysopoulos suggère que les motivations derrière les CBDC tombent dans l'une ou l'autre des deux catégories suivantes : la stabilité financière et la politique monétaire, et une concurrence accrue dans les paiements et la souveraineté financière.

"Les banques centrales cherchent toujours à améliorer l'efficacité et la sécurité des paiements. Les CBDC pourraient apporter des avantages marginaux dans ces deux domaines, en étendant les garanties de la banque centrale au secteur privé au sens large", a-t-il déclaré.

Dans le même temps, l'exclusion financière, surtout si l'on considère le déclin de l'utilisation de l'argent liquide, devient un problème sérieux, note Dionysopoulos. Selon lui, les CBDC peuvent offrir des services bancaires aux personnes non bancarisées, à la manière des fintechs, en proposant des services bancaires et financiers à ceux qui n'ont accès qu'à leur smartphone.

Toutefois, certains questionnent les motivations réelles de certaines banques centrales/gouvernements, notamment sur les questions liées à la vie privée, la surveillance et la centralisation du contrôle via la désintermédiation de la structure du système financier existant", a déclaré Chris Caruana à Cryptonews.com.

Monnaies numériques des banques privées

Avec un consortium japonais de banques privées et d'entreprises testant leur propre monnaie numérique en ce moment même, et prévoyant un lancement en 2022, les monnaies numériques des banques privées pourraient devenir une tendance plus large en 2022.

"Les banques privées qui se réunissent pour tester et piloter des solutions jettent les bases d'un partenariat public-privé sur les CBDC" a déclaré Lambis Dionysopoulos.

Ce phénomène n’est pas une surprise pour Vytautas Zabulis qui suggère que d'autres banques suivront probablement à l'avenir. 

"La JPM Coin de JPMorgan constitue un cas d'utilisation extrêmement convainquant pour les transferts. Il permet de gagner beaucoup de temps - ce qui signifie que le capital peut être utilisé beaucoup plus efficacement - les délais de règlement sont plus rapides et il n'y a pas besoin d'une chambre de compensation tierce", a-t-il déclaré à Cryptonews.com.

Les règlements internationaux et les opérations de change seront l'une des premiers secteurs à bénéficier de l'utilisation des monnaies numériques des banques centrales ou privées, ajoute M. Zabulis. D'autres personnalités du secteur s'attendent également à ce que davantage de banques privées et d'institutions financières s'impliquent dans leurs propres monnaies numériques l'année prochaine.

"Pour les premiers venus, comme BNY Mellon, Citibank et State Street, les efforts de transition vers des services d'actifs numériques porteront leurs fruits en 2022, notamment en ce qui concerne leurs offres de services cryptos. On estime que davantage d'entreprises privées donneront la priorité aux monnaies numériques", a déclaré Jason Allegrante.

L'impact des CBDC sur l’industrie crypto en 2022

Vers la fin de l'année 2021, le gouvernement indien a publié une loi qui, en plus de définir le cadre d'une monnaie numérique de banque centrale, visait également à interdire les cryptomonnaies privées. Cette évolution inquiétante soulève la possibilité que le développement ou le déploiement des CDBC aille de pair avec une répression crypto.

"Oui, le risque de concurrence est très élevé. Les pays ayant une législation nationale peuvent toujours entraver l'adoption de monnaies et de protocoles décentralisés qui ne relèvent pas d'une seule réglementation", a suggéré Vytautas Zabulis.

Toutefois, les commentateurs s'attendent à ce que toute réglementation crypto découlant des CBDC soit relativement modérée. 

Lambis Dionysopoulos estime qu'il est "raisonnable de s'attendre à ce qu'une nouvelle législation soit nécessaire pour délimiter ce que les acteurs privés peuvent et ne peuvent pas faire [en termes d'émission de leurs propres monnaies]". La récente réglementation européenne sur les marchés des crypto-actifs (MiCA) est une bonne indication de ce à quoi nous devons nous attendre."

Cela dit, Dionysopoulos explique également que les cryptomonnaies décentralisées comme le Bitcoin ne sont "tout simplement pas adaptées à une réglementation semblable à celle des prestataires de services financiers traditionnels", dans la mesure où leur décentralisation rendrait difficile pour les gouvernements d'empêcher quiconque de les utiliser. 

Selon lui, "des synergies positives peuvent être développées entre les CBDC et l'espace blockchain ouvert, facilitées par des intermédiaires réglementés. Les pays qui suivent cette approche ont toutes les chances de bénéficier des innovations et de la croissance de l'espace DeFi et crypto."

_______________________

Suivez nos liens d'affiliés:

Pour acheter des cryptomonnaies en Zone SEPA, Europe et citoyens français, visitez Coinhouse 

Pour acheter des cryptomonnaies au Canada, visitez Bitbuy

Pour générer des intérêts grâce à vos bitcoins, allez sur le site de BlockFi

Pour sécuriser ou stocker vos cryptomonnaies, procurez-vous les portefeuilles Ledger ou Trezor

Pour transiger vos cryptos de façon anonyme, installez l'application NordVPN

Pour investir dans le minage ou les masternodes :

Pour accumuler des cryptos en jouant :

  • Au poker sur la plateforme de jeux CoinPoker
  • À un fantasy football mondial sur la plateforme Sorare

________________

Voici les sources d’informations qu’on vous propose:

Notre newsletter hebdomadaire gratuite: https://www.getrevue.co/profile/CryptonewsFR

Twitter: https://twitter.com/cryptonews_FR

Telegram: https://t.me/cryptonews_FR

LinkedIn: https://www.linkedin.com/company/11745115