Au centre de Paris, un QG pour faire grandir les projets blockchain sur XRP Ledger

Yann-Olivier Bricombert
| 4 min read

Un programme de mentorat Web3 sur 12 semaines baptisé “L’Aquarium” vient en soutien aux startups qui développent des projets sur la blockchain XRP Ledger. La première session de cette résidence en plein cœur de Paris s’achève ce mardi 28 novembre 2023.

Une résidence pour projets Web3


Les grandes baies vitrées laissent pénétrer abondamment la lumière, dans cet open-space parisien aux allures de QG de startup situé dans le Marais. Depuis le mois d’octobre, neuf projets en lien avec la thématique de la “régénération” et la blockchain phosphorent sur les deux étages de la fondation XRPL Commons, créée en avril dernier pour soutenir l’écosystème de la 4ᵉ blockchain en terme de capitalisation, et sa crypto la plus connue, le XRP.

Les participants de ce programme international ouvert à tous, et entièrement financé par la fondation, bénéficient d’un accueil cinq étoiles : hébergement dans un coliving, et allocation mensuelle de 2 000€, de quoi couvrir leurs frais quotidiens dans la capitale. Le but : favoriser l’éclosion des futures pépites de demain.

“L’objectif est de leur donner du temps et de l’espace”, explique David Bchiri, président de XRPL Commons, un ingénieur de la tech qui a revendu son entreprise à Faber Novel et s’est inspiré de l’esprit de la Silicon Valley pour créer cette résidence Web3 en plein cœur de Paris. En plus de recevoir régulièrement la visite d’experts sur les tokenomics, la gamification, ou la régénération, les résidents peuvent développer leur produit minimum viable (MVP) sans pression de résultat. En cela, l’initiative est complémentaire des incubateurs, accélérateurs et autres pépinières de startups déjà existants.

David Bchiri, président de XRPL Commons.

Un programme ouvert à tous sur trois mois


L’un des projets réalisés depuis octobre, “Car Asset”, propose d’utiliser la blockchain pour créer une carte d’identité de la voiture, afin d’augmenter sa durée de vie et réduire l’impact sur l’environnement.

Matt Mankins, créateur du projet Kudos, qui propose une nouvelle manière de rémunérer les projets open-source, ne tarit pas d’éloges sur le programme : “Trois mois, c’est intense, mais l’avantage, c’est qu’il faut que les choses soient faites. Pour moi qui vis entre Barcelone et Londres, le fait d’être ici à Paris me permet de développer une communauté locale de personnes qui vont pouvoir nous aider tout au long de ce projet.”

La première “cohorte” de la résidence “L’Aquarium” s’achève ce mardi 28 novembre, et les inscriptions pour les prochaines sessions, qui démarrent le 8 janvier 2024, sont ouvertes jusqu’au 1ᵉʳ décembre. Les thèmes abordés seront la propriété intellectuelle (IP) ou encore l’identité décentralisée. “J’ai conçu ce programme comme une expérience transformative, telle que j’aurais aimé l’avoir quand j’étais entrepreneur”, précise encore David Bchiri. “Je crois à la force d’être présent physiquement dans un endroit, dans un écosystème ouvert où chacun apporte de la valeur à l’autre.”

Un soutien pour l’écosystème XRP Ledger


La résidence n’est pas le seul projet mené par la fondation XRPL Commons. L’organisation, qui ambitionne de démocratiser l’accès à la connaissance au plus grand nombre, fournit aux universités des matériels de cours entiers sur la blockchain, en partenariat avec la Sorbonne, EPITA et Epitech.

“L’enjeu de la montée en expertise est clé. On estime qu’il va manquer 10 000 personnes formées à la blockchain dans les prochaines années. Le but est de donner aux professeurs les outils, les supports de formation dont ils ont besoin, en open-source. Le savoir est sans doute l’actif le plus facile à partager sans le diluer.”

Une façon aussi de changer l’image autour de la blockchain XRP, plus habituée ces dernières années à occuper la chronique judiciaire. Le régulateur américain des marchés financiers, la SEC, a finalement abandonné les poursuites contre les fondateurs de Ripple, en octobre dernier, après avoir indiqué en juillet que le XRP n’est pas un titre financier lorsqu’il est acheté sur le second marché. Une annonce qui avait soulagé tout un écosystème, et fait bondir le prix du jeton de 97% en trois heures.

La blockchain XRPL est un layer 1, conçue comme une alternative à Bitcoin et focalisée sur l’amélioration des paiements transfrontaliers, dont la particularité est de ne pas être basée sur le minage, mais sur un mécanisme de consensus appelé le Federated Byzantine Agreement (FBA). Les 100 milliards de jetons XRP ont été pré-minés au lancement de la blockchain en 2013 et stockés dans un séquestre (environ la moitié est aujourd’hui en circulation).


Sur le même sujet :