Accueil Actualités

Quadriga: mauvaise gestion et tentative de dissimulation, spécule le PDG de Coinbase

Par Sead Fadilpašić
Quadriga: mauvaise gestion et tentative de dissimulation, spécule le PDG de Coinbase 101
Brian Armstrong. Source: a video screenshot

Le cas déjà bien connu de QuadrigaCX, l’échange crypto canadien, dans lequel son PDG est décédé sans laisser les clés des fonds de l’échange à quiconque, retient toujours l’attention du monde de la crypto. Aujourd'hui, Brian Armstrong, PDG de la principale bourse de cryptomonnaies Coinbase, explique pourquoi il pense qu'il pourrait s'agir d'une mauvaise gestion et d'une tentative de dissimulation.

Bien qu'il note que leur idée est "juste une estimation" et ajoutant, "prenez ces propos comme de la * pure spéculation *, et rien de plus", Armstrong dit que cette conclusion est le produit de leurs recherches internes, ainsi que de certaines analyses de blockchain. Il ajoute que les groupes identifiés qui ressemblaient au stockage à froid de Quadriga ont été gérés manuellement par un humain et que les soldes ont été supprimés au début de 2018. Cependant, ils prennent le fait que Quadriga a été fondée en 2013 comme une indication que la bourse n'avait pas prévu un exit scam: «S'ils avaient planifié une telle escroquerie, celle-ci aurait probablement été mieux programmée».

Il poursuit en expliquant qu'un bogue de plusieurs millions de dollars, apparu en juin 2017, a été le catalyseur qui a initialement plongé l'échange dans des problèmes et qu'il a vraisemblablement emprunté des fonds de son stockage à froid pour maintenir l'activité à flot. «Les liquidités ont été asséchées et le marché baissier de 2018 les a peut-être rattrapées [...] La séquence des événements suggère que c'était une mauvaise gestion, avec une tentative ultérieure de le couvrir».

«Cela implique qu’au moins quelques personnes à l’intérieur de Quadriga savaient que l’entreprise fonctionnait sur des réserves fractionnaires. Si tel est le cas, il est possible que le décès prématuré de leur chef de la direction ait été utilisé comme un moyen de laisser la société couler», poursuit M. Armstrong.

Le PDG de Coinbase n’est pas le premier à avoir des doutes sur le décès du président de la bourse, Gerald Cotten et de plus en plus de personnes doute de l’histoire entourant le décès présumé de Cotten. L’un d’eux est Jesse Powell, cofondateur et PDG de Kraken, qui a écrit sur Twitter: «Nous avons des milliers d’adresses connues de portefeuilles de @QuadrigaCoinEx et nous enquêtons sur l’histoire étrange et incroyable de la mort de son fondateur et de la disparition des clés».

Nick Cote, analyste et trader crypto, a corroboré la théorie d’Armstrong: «Leurs problèmes bancaires ont commencé au printemps 2017, j’étais en contact avec l’équipe à ce sujet pendant cette période. Duane [Seamans, Directeur du marketing et des communications chez QuadrigaCX] a depuis supprimé tous ses comptes SM, et je suis d’accord, il y avait plus de personnes que seulement le propriétaire qui savait ce qui se passait là-bas. J'ai essayé de sonner l'alarme, personne ne s'en souciait».

Caitlin Long, un vétéran de Wall Street devenu enthousiaste blockchain, a répondu à Armstrong: «WOW. Si cela est vrai, cela montre encore une fois que les institutions financières insolvables peuvent rester longtemps dans le monde des affaires, jusqu'à ce qu'elles deviennent illiquides».

Mais tout le monde n'est pas d'accord avec ces spéculations:

Parallèlement, un tribunal du Canada a accordé à QuadrigaCX une protection de 30 jours contre les réclamations des créanciers et a également nommé Ernst & Young au poste de contrôleur indépendant de l’administration du tribunal. Les fonds cryptos de QuadrigaCX ont déjà été envoyés à Ernst & Young. Une enquête complète sur l'affaire est en cours, bien que la Commission des valeurs mobilières de l'Ontario, le plus important organisme de réglementation des valeurs mobilières au Canada, étudie les manœuvres de l’échange afin de déterminer les risques de jeu déloyal.

Suivez-nous sur Twitter ou rejoignez-nous sur Telegram

Plus d’articles